AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de voter pour le forum !

Partagez | 
 

 Entre les pages, le savoir se cache [pv: Natsume]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Katsu
Katsu


avatar
Messages : 143
Age : 170
Localisation : à quelques rues du QG du Shinsengumi
Commentaires : Tu es le seul à avoir compris ma douleur et à m'en avoir sorti. Tu n'es ni le plus grand des Samouraïs, ni le plus fort. Mais, Heisuke, c'est toi qui s'est emparé de mon coeur, et ce, sans même combattre pour l'avoir.

MessageSujet: Entre les pages, le savoir se cache [pv: Natsume]   Lun 29 Avr - 20:37

Pour une fois, j’avais fait la grâce matinée. J’étais restée couché dans mon futon, à esquisser les croquis des kimonos qui me venaient en tête. Il fallait dire que cela faisait des jours entiers que je ne m’arrêtais pas de travailler, me levant à l’aurore pour ouvrir la boutique, peignant, brodant et cousant toute la journée. On avait toute les quatre, moi et mes assistantes, besoin d’une bonne journée de congé. Elle était amplement méritée d’ailleurs.

J’avais entendu Rin et Kao, les jumelles partir un peu plus tôt. Elles m’avaient dit la veille qu’elles souhaitaient se promener le long du canal. Mimi-chan, quant-à elle, n’avait pas répondu à ma question, mais à la rougeur de ses joues, je supposais qu’elle allait passer la journée avec quelqu’un...

Je savais parfaitement qui d’ailleurs...

Bref, les filles étaient absentes pour la journée. Je sortis paresseusement de mon futon et m’habillai exceptionnellement en Kimono féminin. J’enfilais l’habit en soie d’un bleu ciel, parsemé de fleur blanchâtre et d’un feuillage vert tendre. D’une main experte, je nouai l’obi orangé et doré et je lui fis faire un demi-tour, envoyant ainsi le nœud à l’arrière.

J’attachai mes cheveux en chignon que je décorai d’un kanzashi arborant une délicate fleur rouge et doré. Cet objet délicat avait appartenu à ma grand-mère et malheureusement, passant mes journées habillées en homme, j’avais peu l’occasion de le porter.

Je descendis l’escalier et j’enfilais mes getas avant de sortir par le shôji arrière. Je m’assurai que celui en bois de devant qui donnait sur la rue était bel et bien fermé par sa traverse de bois et je sortis.

Je ris légèrement en entendant le son de mes souliers sur les dalles de pierre. Je ne m’étais plus habillé en femme depuis quand déjà?

Je sortis de la cour arrière et je refermais la clôture derrière-moi. Je retournai sur la rue principale et je jetai un coup d’œil en direction de ma boutique. Le panneau «fermé» était bien en place.

Je pris les chemins qui me conduisirent à l’extérieur de la capitale. Sur le trajet, je croisais quelques membres du Shinsengumi. Il n’eut que Gen-san qui me reconnu malgré mon accoutrement typiquement féminin. Je le saluai en souriant.

Je continuai mon chemin, laissant mes sens magiques prendre le dessus. Oka-sama m’avait déjà parlé, lorsque j’étais enfant, d’une immense bibliothèque qui contenait pratiquement tout le savoir des magiciens. Je n’avais jamais eu l’occasion de parfaire mes talents... Trop de chose était arrivé en même temps...

Je marchais un peu à l’écart du sentier qui parcourait les champs avoisinant Kyoto. J’essayai justement de trouvé cette fameuse bibliothèque et je ne voulais pas qu’un simple voyageur m’y suive.

Alors que je m’approchais de la lisière du boisé, je me mis à fredonner la berceuse que me chantait ma mère lorsque je n’étais encore qu’une enfant. Je pensais, jusqu’à ce jour, que je l’avais oublié et pourtant, elle me revenait instinctivement.

Lorsque j’eu terminé, j’entrevis une soudaine distorsion dans l’air, comme lorsque ce dernier était très chaud en été. J’écarquillai les yeux devant les deux grandes portes en bois ouvragées qui venaient d’apparaitre là où il n’y avait rien quelques secondes plus tôt. Je m’exclamai en riant :

-Maman, tu étais un génie.

Je m’approchai des portes et elles s’ouvrit lorsque je les effleurai du bout des doigts. Je m’assurai que personne ne pouvait me voir de la route à plusieurs centaines de mètres et j’y entrai.

Je marmonnai pour moi-même :

-Un enchantement... Dans une berceuse, c’est vraiment malin...

Je n’étais pas totalement magicienne. Peut-être était-ce une précaution pris par ma mère pour que j’aie moi aussi accès à la bibliothèque. Ou bien, c’était la seule et unique façon pour faire apparaitre les portes...

Les portes se refermèrent dans mon dos, sans un bruit. Je fus plongé dans le noir pendant quelques secondes, jusqu’à ce qu’une lueur semblable à celle de la lune soit émit des murs. Je continuai mon chemin en direction du centre, admirant les arabesques des murs, très probablement des dessins d’astronomie.

Je lâchai un petit cri d’émerveillement lorsque j’arrivais au cœur de la bibliothèque. C’était littéralement un océan de livre. L’endroit était magiquement éclairé comme en plein jour. J’avais l’impression de me tenir sous une coupole en verre illuminé par un doux soleil d’après-midi. C’était magnifique.

Je fis délicatement courir un ongle sur une reliure en cuir, le titre gravé en lettre légèrement dorée. Mais la langue m’était totalement inconnue...

Je me mis à chercher la section en japonais. Si elle existait...

-Je n’arriverais jamais à trouvé ce que je cherche...

Je sentais la magie puissante de l’endroit, c’était presque grisant pour une sang-mêlé comme moi. Je me sentis comme poussé en direction d’une section.

Ô joie! Elle était en japonais. Je me mis à parcourir les rayons, cherchant les livres sur les sortilèges de déplacement d’objet. Je m’accroupis, mon kanzashi tinta comme une clochette en argent lorsque je penchai la tête pour lire, et marmonnai, au fil des titres :

- Somnifère... euh... Je ne veux pas endormir les clients... Poison indétectable par le corail... Encore moins...C'est des potions ou des sortilèges? Changement de couleur et forme... Ça pourrait être pratique, mais j’aime bien teindre moi-même...

Je continuai à chercher, plaçant au fur et à mesure sur une table basse les livres qui pouvaient m’être utile.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tsuki2608.skyrock.com
Maître du Jeu
Maître du Jeu


avatar
Messages : 208
Age : 416
Localisation : Peut- importe puisque tu ne me verra pas...
Commentaires : "Autant nous souhaitions la paix par le passé, autant je souhaite la guerre et tout anéantir à présent...
Adieu... Saya..."

MessageSujet: Re: Entre les pages, le savoir se cache [pv: Natsume]   Sam 4 Mai - 18:32

Je secouais la tête, tenant ma cape sur une épaule tout en passant une main dans mes cheveux de ma main libre. Horrible… Je ne voulais plus jamais aller dans cette auberge. Non content d’avoir plonger mon parchemin dans de l’eau bouillante et ainsi avoir ruiné la moitié de mes vêtements, ils complotaient avec les sumos pour agresser les gens ! En plus, nous devions nous habillé avec des kimonos et je devait avoué que c’était loin d’être pratique pour sauter par-dessus les murs qui s’imposaient sur mon chemin. On était toujours à moitié débraillé avec ça… Je soupirais.
Je m’arrêtais au milieu de la grande rue, un homme me fonçant dedans en protestant sans que j’y fasse attention. Maintenant que j’y pensais, je devais avoir des vêtements dans le coin… Hum… Où avais- je mis cette maudite bibliothèque ?!

- Eh toi ! Je t’ai dit quelque chose !

Le samouraïs ayant percuté me saisit violemment par le bras, me forçant à le regarder.

- J’aurais dû le lancer finalement…

J’avais déjà dit cela… Mais avec l’imbécillité sans borne des humains… Donc, où l’avais- je mis…
Je le vis sortir son katana et lui asséna un coup de genou dans le ventre, le forçant à se plier en deux avant de lui donner un coup de coude sur la nuque. Pourquoi les samouraïs étaient-ils si violent ?
Reprenant ma route comme si de rien n’était, je soupirais. Voyons voir… Nous étions à la capitale ou d’ordinaire je n’y mettais jamais les pieds à moins d’être obligé car le bruit de ces idiots de con- citoyens faisait mal à la tête… Donc pas ici. Hokkaido était joli en cette période apparente mais bien trop loin est je n’avais pas envie d’aller jusqu’à la bas donc il fallait que je me rende à Edo à trois jours de marche à pied car je l‘avais laissé là bas en prenant un cheval pour tuer ces mécréants. C’était bien ce que je pensais, la bibliothèque était donc à Kyoto.
Hum… Soit je volais un cheval pour aller plus vite… soit je déplaçais la bibliothèque jusqu’ici… Mais si je ressortais pour me retrouver à Edo ça n’allait pas aller… Je haussais les épaules, je n’aurais qu’à la remettre en place après.
Sortant de la capitale, J’entrais dans la luxurieuse forêt, admirant les alentours et le son agréable des oiseaux. Levant la main, je marmonnais une formule aussi longue que pénible à prononcer avant que les immense portes n’apparaisse devant moi. J’aimais beaucoup cette bibliothèque, cela m rappelait tellement de souvenir… que des bons cela dit.
Poussant les portes, j’entrais rapidement avant de froncer les sourcils. Même à peine rentré je pouvais sentir un présence en ce lieu… Pourtant elle semblait si infime… J’étais peut- être trop fatigué et avait rêvé… Je soupirais, il fallais mieux que je m’en assure maintenant, de toute manière, cela ne pouvait être qu’un magicien sinon il n’aurait pas pût entrer.

Fermant les yeux , je suivais la légère trace de magie, m’arrêtant en ouvrant les yeux des que j’entendis le son d’une clochette. Je fronçais les sourcils en avisant la femme devant moi. Ce sentiment… Et surtout cet ornement dans ses cheveux… Pourtant ce n’était pas possible, avec le temps que j’avais dormi elle devait être une vieille femme à présent…

- Somnifère... euh... Je ne veux pas endormir les clients... Poison indétectable par le corail... Encore moins... C'est des potions ou des sortilèges? Changement de couleur et forme... Ça pourrait être pratique, mais j’aime bien teindre moi-même...

Je la regardais empiler quelque livres sur la table la plus proche, croisant mes bras. Hum… Si c’était bien elle, elle m’aurait aussi surpris puisqu’elle était aussi une magicienne de « pure souche ». Pourtant, je savais que cet objet était le sien, je pouvais sentir un peu de sa magie s’en émaner. Hum…
Je fini par m’asseoir en tailleur sur le sol, posant ma cape noir à côté.

- Tu sais que ton manque d’inattention pourrait te tuer ?

Je baillais. J’aurais très bien pu le faire puisque j’en voulais autant aux magiciens qu’aux humains mais si elle avait un lien avec Mariko, c’était autre chose. Et puis j’avais assez consommé de magie avec les sumos et le pseudo lancement de sort pour le crétin de gosse Oni intéressant.

- Où as- tu eu ce kanzashi ? demandais- je sérieusement.

Je n’attendis pas la réponse que je me couchais sur le sol, j’étais si fatigué…

- Je ne dors pas encore alors c’est le moment de répondre…

De toute manière si elle sortait et qu’elle se retrouver dans la capitale elle ferait une drôle de tête… Et puis je me réveillerais sûrement avant qu’elle ne lise tout les livres qu’elle avait mis de côté puisqu’ils ne pouvaient pas sortir d’ici… Hum… Je me demandais comment allait Mariko… Je soupirais, c’était, j’imaginais, pas une question à poser après tout ce temps… Mais je ne voulais pas envisager cela.

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La mort n’est pas du monde.
Elle est toujours un scandale et, en ce sens, toujours transcendante au monde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alliancefraternelle.lebonforum.com/
Katsu
Katsu


avatar
Messages : 143
Age : 170
Localisation : à quelques rues du QG du Shinsengumi
Commentaires : Tu es le seul à avoir compris ma douleur et à m'en avoir sorti. Tu n'es ni le plus grand des Samouraïs, ni le plus fort. Mais, Heisuke, c'est toi qui s'est emparé de mon coeur, et ce, sans même combattre pour l'avoir.

MessageSujet: Re: Entre les pages, le savoir se cache [pv: Natsume]   Dim 5 Mai - 23:21

Je regardais le titre d'un ouvrage lorsque:

- Tu sais que ton manque d’inattention pourrait te tuer ?

Je me retournais vivement, laissant au passage tomber le livre que j’avais en main. J’esquissai un mouvement rapide en direction de ma manche, pour atteindre le mécanisme qui s’y dissimulait, mais je me ravisais. Je savais que seulement les magiciens pouvaient entrer ici, même si je projetais mes aiguilles empoisonnées dans sa direction, assurément qu’il allait les dévier. Et puis, comme j’avais plein de questions à poser à propos de la magie et que je n’avais jamais vraiment eu personne dans mon entourage pour y répondre...

Bien sur, il y avait Obâa-sama, mais je ne l’avais plus revue depuis que j’étais partie avec mon père.

L’inconnu me bailla au visage et me demanda avec un certain sérieux :

- Où as- tu eu ce kanzashi ?

Instinctivement, je portais la main à mon ornement. Pourquoi me demandait-il cela? Aurait-il connut ma grand-mère? Non, il était beaucoup trop jeune...
Mais l’inconnu n’attendit pas ma réponse et se coucha à même le sol. J’haussai imperceptiblement un sourcil. Je ne ferai aucun commentaire.

- Je ne dors pas encore alors c’est le moment de répondre…

Je soupirais et répondis :

-Ce kanzashi... Il appartenait à ma grand-mère. C’est elle qui me l’a offert lorsque...

Je ne terminai pas ma phrase. De toute façon, je n’étais pas obligé de dire à cet homme pourquoi j’avais du précipitamment quitter la maison de mes ancêtres magiciens. Je sentis la magie qui se diffusait très doucement de l’objet. Je savais qu’ Obâa-sama y avait placé un sortilège quelque chose qui ressemblait à un truc de dissimulation, mais je n’arrivais pas à en comprendre la portée...

Je fronçais les sourcils et demandai :

-Mais pourquoi teniez-vous tant à savoir? Connaissiez-vous ma grand-mère?

Je me penchai pour reprendre le livre que j’avais laissé tombé au sol, mais je me ravisais. Je marmonnai une petite formule que j’avais apprise enfant.
Lorsque le livre se mit à voleter à quelques centimètres du sol, je souris. Mais soudainement, tous les livres que j’avais posés sur la table se mirent à léviter. Ils restèrent en suspension pendant quelques secondes, avant de retombé un peu partout. Je levais les bras pour me protéger la tête, dévoilant au passage l'arme de kunoichi sur mon avant bras, mais un coin de couverture me frappa l’arcade sourcilière.

-Itai!

Je soupirai et dis, en riant légèrement de ma bourde, et pour moi-même :

-J’y arriverais jamais, c’est comme avec l’exercice de ces stupides cailloux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tsuki2608.skyrock.com
Maître du Jeu
Maître du Jeu


avatar
Messages : 208
Age : 416
Localisation : Peut- importe puisque tu ne me verra pas...
Commentaires : "Autant nous souhaitions la paix par le passé, autant je souhaite la guerre et tout anéantir à présent...
Adieu... Saya..."

MessageSujet: Re: Entre les pages, le savoir se cache [pv: Natsume]   Lun 6 Mai - 15:30

Fatigué… J’espérais vraiment qu’elle me réponde avant que je ne m’endorme réellement.

-Ce kanzashi... Il appartenait à ma grand-mère. C’est elle qui me l’a offert lorsque...

A sa grand- mère ? Hum… Donc Mariko avait eu… oui bon en même temps s’était normal. J’étais heureux pour elle…
Je me redressais, regarda la jeune femme. Lorsque quoi ?

-Mais pourquoi teniez-vous tant à savoir? Connaissiez-vous ma grand-mère?

Hum… On est légèrement de la même famille…
Je soupirais, appuyant ma tête sur l’une de mes mains. Je supposais qu’elle n’avait jamais entendu parler de moi, après tout je devais être considéré pour un traître et un monstre pour avoir attaqué les humains de la sorte, bien que certains magiciens étaient pour… A l’inverse, si elle avait entendu parler de moi elle serait peut- être terrifié… hum…
Je sursautais légèrement, entendant tout les livres tomber au sol avec fracas tout en la regardant se protéger…

-Itai!

Inefficacement…. Jolie arme soit dit en passant…
Bon, c’était bien clair, cette fille n’avait jamais appris la magie avec un maître… Je me demandais pourquoi Mariko ne lui avait pas enseigné…

-J’y arriverais jamais, c’est comme avec l’exercice de ces stupides cailloux

J’esquissais un sourire.

- La magie n’est pas une question de sang mais de volonté. Tant que tu voudra apprendre, elle s’ouvriras à toi.

Je me levais, ramassant quelques livres avant de les poser sur la table.
Dans la famille, nous avions tous un caractère à assez rude épreuve, alors il n’y avais aucun doute qu’elle deviendrais une magicienne douée, même si elle ne l’était qu’à moitié.

- Je connais effectivement Mariko … C’était il y a longtemps. Tu es donc sa petite fille ?

Observant quelques étagères plus haut, je fis venir quelques livres jusqu’à moi que je posais sur ceux qu’elle avait déjà ressemblé.

- Je devrais lui rendre visite…

Si elle était encore en vie elle allait sûrement me frapper…
Je m’asseyais sur la table, observant ma petite… petite cousine… donc ma nièce car j’avais toujours considéré Mariko comme ma petite sœur. C’était étrange tout de même… Hum, il faudrait que je trouve un moyens d’enlever le sort que j’avais lancé… Je baillais de nouveau. Bon, je chercherais un autre jour.

- Tu porte toujours cette arme sur toi ? C’est dangereux…

Dit celui qui endort tout le monde même quand il sont susceptible de ce noyer… Je fis une légère grimace. Non, je ne voulais vraiment pas me souvenir de cela…

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La mort n’est pas du monde.
Elle est toujours un scandale et, en ce sens, toujours transcendante au monde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alliancefraternelle.lebonforum.com/
Katsu
Katsu


avatar
Messages : 143
Age : 170
Localisation : à quelques rues du QG du Shinsengumi
Commentaires : Tu es le seul à avoir compris ma douleur et à m'en avoir sorti. Tu n'es ni le plus grand des Samouraïs, ni le plus fort. Mais, Heisuke, c'est toi qui s'est emparé de mon coeur, et ce, sans même combattre pour l'avoir.

MessageSujet: Re: Entre les pages, le savoir se cache [pv: Natsume]   Ven 31 Mai - 16:10

L’inconnu se mit à sourire et dit :

- La magie n’est pas une question de sang mais de volonté. Tant que tu voudras apprendre, elle s’ouvrira à toi.

C’était facile à dire, mais toute seule, ce n’était vraiment pas chose aisée...
Attend, il avait parlé de sang? Était-il si puissant qu’il pouvait savoir, juste comme ça que j’étais une sang-mêlé?

Il se leva et posa quelques livres qui étaient tombés au sol sur la table, en compagnie des autres.

- Je connais effectivement Mariko … C’était il y a longtemps. Tu es donc sa petite fille ?

Il y a longtemps... Pourtant, il ne semblait pas si âgé pourtant...

Quelques livres se mirent à léviter jusqu’à lui et je retiens ma bouffée de jalousie. Ça ne servirait à rien de toute façon, il avait probablement des années de pratiques de plus que moi...

- Je devrais lui rendre visite…

Moi aussi... Elle me l’avait demandé dans l’une de ses lettres, mais je savais qu’ils ne me laisseraient même pas entrer sur la propriété...

Il s’assit à la table, tout en me fixant.

Kami-sama! Arrêtez, je vous en prie de me fixer de la sorte! Je me surpris moi-même, je n’étais jamais mal-à-l’aise pourtant avec les étrangers, puisqu’il en avait tout les jours dans ma boutique. Mais cet homme dégageait une aura si puissante qu’il me faisait sentir minuscule...

- Tu porte toujours cette arme sur toi ? C’est dangereux…

Je souris en retroussant ma manche, tout en m’assoyant face à lui.

-Lorsque je sors, oui. C’est plutôt mal vue pour une femme de porter le katana et mon arc ne passe pas vraiment inaperçu et comme je dois souvent me rendre à Shimabara pour le travail, c’est plus prudent comme ça...

Je continuai, un peu pour moi-même :

-Et puis, ça rassure certains capitaines...

Bon, ce n’était pas la seule de mes armes, comme pouvait le témoigner le poignard ceint à ma cuisse... Mais je n’allais tout de même pas tout révéler à cet homme!

Je fronçai un sourcil, tout en penchant un peu la tête sur le côté, faisant tinter mon kanzashi :

-Mais vous, qui êtes vous. Vous avez devinez que je n’étais pas une magicienne pure et vous semblez connaitre grand-mère Mariko et pourtant, je n’ai pas souvenir d’avoir entendu parler de quelqu’un de sa famille proche pendant les six ans où...

Je m’arrêtai. Je préférai ne pas trop en dire, de toute façon, je n’aimais pas parler du pourquoi j’étais partie.

J’inclinai légèrement le buste et dis :

-Pardonnez-moi, il est impoli de demander le nom de quelqu’un sans se présenter d’abord. Je suis Nishimura Katsu, couturière pour le Shinsengumi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tsuki2608.skyrock.com
Maître du Jeu
Maître du Jeu


avatar
Messages : 208
Age : 416
Localisation : Peut- importe puisque tu ne me verra pas...
Commentaires : "Autant nous souhaitions la paix par le passé, autant je souhaite la guerre et tout anéantir à présent...
Adieu... Saya..."

MessageSujet: Re: Entre les pages, le savoir se cache [pv: Natsume]   Sam 8 Juin - 9:44

Elle souris avant de s’asseoir face à moi. En y pensant, il était vrai qu’au départ j’avais dû la mettre mal à l’aise à surgissant de la sorte… En même temps, je n’étais pas venu pour bavarder à la base mais bien pour me reposer. Je secouais légèrement la tête, me réveillant quelques peu.

-Lorsque je sors, oui. C’est plutôt mal vue pour une femme de porter le katana et mon arc ne passe pas vraiment inaperçu et comme je dois souvent me rendre à Shimabara pour le travail, c’est plus prudent comme ça...

Hum… Ce n’était pas faux. Mais avec la magie elle n’aurais pas besoin d’être armée… si seulement les humains pouvait comprendre au lieu de juger au premier abords. Je fronçais les sourcils, finalement, j’aurais vraiment dû lancer ce sort… Quoique si je l’avais lancé je ne serais probablement pas en train de discuter tranquillement avec un air à moitié endormie avec une jeune fille qui était la descende de… Cela ressemblait à n’importe quoi….

-Mais vous, qui êtes vous. Vous avez devinez que je n’étais pas une magicienne pure et vous semblez connaître grand-mère Mariko et pourtant, je n’ai pas souvenir d’avoir entendu parler de quelqu’un de sa famille proche pendant les six ans où...

Pendant les six ans où ? Donc elle n’était plus en relation avec elle… Donc cela signifiait qu’elle était toujours en vie.
Elle semblait ne pas vouloir en parler… Mariko ce serait- elle marié à une famille qui ne voulait que des magiciens pure ? J’esquissais un sourire sans joie, es- ce que cela existait encore ? Quoiqu’il en était, il fallait mieux pour cette jeune fille que je ne mette pas mon nez dans cette histoire. Je doutais bien que la plupart des magicien verraient d’un très bon œil mon retour parmi eux…

-Pardonnez-moi, il est impoli de demander le nom de quelqu’un sans se présenter d’abord. Je suis Nishimura Katsu, couturière pour le Shinsengumi.

Elle s’inclina légèrement et je fis un léger mouvement de tête.

- Natsume…

Ce n’était pas vraiment que je voulais lui cacher la vérité mais… il fallait peut- être mieux qu’elle ne soit pas au courant pour moi. Si Mariko lui en avait pas parlé, j’en comprenais totalement la raison. Après, puisqu’elle était sang- mêlé, à savoir si elle avait entendu parler de se que j’avais fait ou non était autre chose. Et puis même si elle le savait, être lié à moi par le sang était une autre histoire.
Je me levais, m’accroupissant devant elle pour poser mon doigt sur son front.

- Sang -mêlé, sang pur…. Ça ne veut rien dire du tout. Tu es une magicienne, moi aussi et c’est tout, alors arrête de te prendre la tête.

Je me redressais, observant les étagères de livres devant moi.

- Cependant tu devrais pas donner ton nom à un magicien inconnu aussi facilement, tous ne sont pas fréquentable.

Bon… J’étais pratiquement le seul à ne pas être fréquentable… Mais ce n’était qu’un détail.
Je tournais la tête vers la pile de livre.

- Hum… Il te faudra un bon moment pour tous les consulter…. Tu savait que tu ne pouvais pas les faire sortir de cette bibliothèque ?

Tout les magiciens que j’avais vu avait essayé au moins une fois. C’était assez comique… surtout qu’ils n’avaient pas l’intelligence pour ce passer le mot…
Je baillais avant de me rasseoir, appuyant ma tête contre les étagères avant de fermer les yeux.

- Tu as l’air de ne pas l’avoir vu depuis longtemps… pourquoi n’y va- tu pas ?

Pourquoi Mariko ne se déplacé pas aussi… Elle n’était pas du genre à laisser les choses se faire pourtant…

- Hum… si tu as besoin d’aide, n’hésite pas….

Tant que ça ne parlais pas de sumos ou de Kazama, je pouvais l’aider sans m’énerver…. Peut- être….



_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La mort n’est pas du monde.
Elle est toujours un scandale et, en ce sens, toujours transcendante au monde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alliancefraternelle.lebonforum.com/
Katsu
Katsu


avatar
Messages : 143
Age : 170
Localisation : à quelques rues du QG du Shinsengumi
Commentaires : Tu es le seul à avoir compris ma douleur et à m'en avoir sorti. Tu n'es ni le plus grand des Samouraïs, ni le plus fort. Mais, Heisuke, c'est toi qui s'est emparé de mon coeur, et ce, sans même combattre pour l'avoir.

MessageSujet: Re: Entre les pages, le savoir se cache [pv: Natsume]   Dim 16 Juin - 4:03

- Natsume…

Ah, il ne voulait pas me donné son nom de famille. Était-ce parce qu’il était connu? Il sembla songeur pendant quelques secondes. Et moi, je réfléchissais. N’avais-je pas déjà entendu ce prénom quelque part? Ça me disait vaguement quelque chose. Je l’avais déjà entendu au cours d’une conversation entre ma mère et grand-mère Mariko. Une conversation que je n’aurais pas du entendre et qui m’avait valu une belle punition, lorsqu’on m’avait chopé de l’autre côté du shôji. Mais le contenu m’échappait toujours. Bon, le souvenir reviendrait en temps et en heure...  



Natsume se leva et s’accroupit face à moi, avant de poser un doigt sur mon front. C’était la première fois que je me sentais aussi petite et surtout jeune, comparé à l’expérience que je pouvais lire dans son regard.

- Sang -mêlé, sang pur…. Ça ne veut rien dire du tout. Tu es une magicienne, moi aussi et c’est tout, alors arrête de te prendre la tête.


Pendant qu’il se redressait pour observer les étagères, je souris bien malgré moi. Ses paroles étaient réconfortantes.

- Cependant tu ne devrais pas donner ton nom à un magicien inconnu aussi facilement, tous ne sont pas fréquentables.


J’écarquillai légèrement les yeux. Bon, je n’y avais pas réellement pensé... En fait, pratiquement tout le monde me connaissait à Kyoto. J’étais la fille qui osait travailler pour le Shinsengumi. Certain y voyait du courage, d’autre une folie complète... Mais je les aimais bien moi, les loups de Mibu. Surtout un capitaine en particulier qui... Je secouai légèrement la tête, je m’égarais encore!



Il tourna la tête en direction des livres que j’avais sortit des étagères. Oui, je trouvais que tout cela allait mettre utile... Elle avait quoi ma pile?  

- Hum… Il te faudra un bon moment pour tous les consulter…. Tu savais que tu ne pouvais pas les faire sortir de cette bibliothèque ?

Je refermais prestement ma bouche lorsque je me rendis compte qu’elle était ouverte... Ma mère aurait pu au moins m’avertir! Les magiciens ne se passaient pas le mot ou quoi? J’étais soudainement curieuse de savoir ce qui arriverait si je tentais de faire sortir les livres de la bibliothèque...

- Tu as l’air de ne pas l’avoir vu depuis longtemps… pourquoi n’y va- tu pas ?

Je compris, après quelques secondes, qu’il parlait de Grand-mère. Je soupirais. Pourquoi? Parce que c’était compliqué, voilà tout...  


- Hum… si tu as besoin d’aide, n’hésite pas….

Je souris et inclinai la tête :


-Merci, Natsume-san...

Je me tripotais nerveusement les doigts et je pris machinalement un livre entre mes mains, le regardant sous toutes ses coutures. Je posai finalement ma question :

-Pourquoi on ne peut pas apporter les livres à l’extérieur... Non en fait, ce que je veux vraiment savoir, c’est qu’est-ce qui se passe lorsqu’on essai?
Je le reposai sur la pile et me levai à mon tour, retournant auprès des étagères et faisant semblant de chercher un titre. Je feuilletai un livre, avant de le replacer à sa place :

-J’aimerais tant revoir Mariko-obasan... et ma mère aussi... Elles me manquent, toutes les deux. Mais... C’est compliqué... Je ne vais tout vous racontez... ça risque d’être assommant... Et surtout, vous l’avez dit vous-même, vous êtes encore un inconnu.

Je relevai légèrement la tête dans sa direction et lui fis un sourire contrit.



J’inspirai et pris mon courage pour demander le truc qui me triturait les méninges depuis quelques minutes déjà. Je serais un peu les pans de mon kimono et dis d’une traite :

-Vous avez dit que si j’avais besoin d’aide... Enfaitjevoudraissavoirsivouspourriezm’apprendrelamagie?

Je sentis mes joues s’empourpré et je rentrais la tête entre les épaules, tout en fronçant le nez. Je retiens mon rire lorsque je me rendis compte que grand-mère faisait la même chose lorsqu’elle était contrariée...  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tsuki2608.skyrock.com
Maître du Jeu
Maître du Jeu


avatar
Messages : 208
Age : 416
Localisation : Peut- importe puisque tu ne me verra pas...
Commentaires : "Autant nous souhaitions la paix par le passé, autant je souhaite la guerre et tout anéantir à présent...
Adieu... Saya..."

MessageSujet: Re: Entre les pages, le savoir se cache [pv: Natsume]   Dim 16 Juin - 8:26


-Merci, Natsume-san...

J’ouvris les yeux vers elle, un peu surpris. Cela faisait maintenant longtemps que l’on m’avait pas remercié… Bon, je savait parfaitement la raison mais cela faisait tout de même étrange…


-Pourquoi on ne peut pas apporter les livres à l’extérieur... Non en fait, ce que je veux vraiment savoir, c’est qu’est-ce qui se passe lorsqu’on essai?

Je ris, on ne lui avait vraiment pas dit ?

- Essaye, tu verras. Dis- je soudainement d’assez bonne humeur.

En même temps, cela ne faisait pas mal, mais c’était comique de voir le magicien commencer à sortir et re-rentrer brusquement à cause de l’attraction du livre qui refusait pertinemment de sortir. Qui disait que les livres n’avaient pas de caractère ? Ne jamais maltraité un livre si vous ne voulez pas le regretter plus tard… Surtout ici !


-J’aimerais tant revoir Mariko- obasan... et ma mère aussi... Elles me manquent, toutes les deux. Mais... C’est compliqué... Je ne vais tout vous racontez... ça risque d’être assommant... Et surtout, vous l’avez dit vous-même, vous êtes encore un inconnu.




Compliqué… Hum…. Je me demandais comment elles réagiraient si elles me voyaient débarquer…. Je retenais une grimace, je tenais un tant soit peu à ma tête encore moi… Quoique pas vraiment mais j’étais encore le seul à pouvoir arrêter les magiciens si certains voulaient recommencer à mettre le bordel. Hum…. J’étais mal placé pour dire ça après ce que j’avais fait et faillis faire par deux fois…

Enfin, il en restais pas moins que c’était vrai. Je devrais peut- être formé quelque un pour le faire à ma place et disparaître ensuite…


-Vous avez dit que si j’avais besoin d’aide... Enfaitjevoudraissavoirsivouspourriezm’apprendrelamagie?




Je la regardais de nouveau surpris avant de baisser ma tête vers le sol. Me pinça l’arrête du nez, j’explosais d’un grand rire.

- Il n’y a vraiment aucun doute, tu es bien sa petite fille !

Je me relevais, me calmant doucement avant de mettre une main sur sa tête, brave petite !

- Pourquoi pas !

Je frotter légèrement c’est cheveux avant de me reculer, reprenant aussitôt mon air sérieux. Dans un sens…

- Je doute que cela soit une bonne idée…

Non seulement pour elle, car si elle apprenais qui j’étais elle serait peut -être « dégouté » d’avoir appris la magie avec moi. Mais aussi parce que si Mariko l’apprenais… je me demandais si une ombrelle à toute vitesse pouvait vraiment décapiter quelqu’un…

Je soupirais, la regardant dans les yeux. Sans lui avouer que j’étais de sa famille -car cela était encore une autre histoire- je devais au moi lui dire qui j’étais. Elle allait peut- être s’enfuir en courant… Hum…

- Tout d’abord je dois t’avertir que la bibliothèque est actuellement à Edo… Donc si tu veux t’enfuir pour rentrer chez toi, il faut mieux que tu me laisse la remettre en place.

J’eus un léger soupir. Bon, c’était vrai, je n’étais pas très fière de moi-même si à chaque fois que j’y repensais, je revenais à penser la même chose des humains. Je n’y pouvais rien, ils avaient brisés quelque chose à jamais en moi, une vie qu’ils n’auraient jamais dû faire disparaître.

- Pour répondre correctement à ta première question… Je suis Natsume, le Kiokuryoku… si on ne te l’as pas dit, je suis celui qui a faillis détruire les humains… deux fois…

Même si la seconde étaient moins connu et pas vraiment là puisque je l’avais fait pour tester quelque un… Bien que s’il ne m’avait pas arrêté elle aurait été bel et bien effective…

- Voilà pourquoi je te parlais de personnes peu recommandable…

Je soupirais, attendant sa réaction un très cours instant avant de lui tourner le dos. Sortant du couloir fait par les étagère, j’allais au milieu d’entre elle. Il fallait mieux que je remette la bibliothèque à sa place maintenant…

Je fermais les yeux, marmonnant la formule et une très légère secousse m’informa qu’elle était arrivés à bonne destination. Je m’asseyais aussitôt sur le sol en soupirant de nouveau. Je n’était pas encore remis et je ne m’étais même pas encore reposé…

- La bibliothèque et de retour à sa place… L’informais- je.

J’espérais tout de même qu’elle n’allait pas tenter de m’attaquer… ça ne serait pas une bonne idée…. Pas du tout même.

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La mort n’est pas du monde.
Elle est toujours un scandale et, en ce sens, toujours transcendante au monde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alliancefraternelle.lebonforum.com/
Katsu
Katsu


avatar
Messages : 143
Age : 170
Localisation : à quelques rues du QG du Shinsengumi
Commentaires : Tu es le seul à avoir compris ma douleur et à m'en avoir sorti. Tu n'es ni le plus grand des Samouraïs, ni le plus fort. Mais, Heisuke, c'est toi qui s'est emparé de mon coeur, et ce, sans même combattre pour l'avoir.

MessageSujet: Re: Entre les pages, le savoir se cache [pv: Natsume]   Jeu 27 Juin - 17:13

Il me fixa avant de se pincer le nez. Il éclata de rire et j’écarquillai les yeux. J’ai dit quelque chose de drôle?

- Il n’y a vraiment aucun doute, tu es bien sa petite fille !

Il se relevait et posai une main sur ma tête. Je me retiens de rire. Les seuls qui faisaient ça, c’était Sano-san et Shinpat-san...

- Pourquoi pas !

Il frotta mes cheveux et repris son air sérieux et quelque peu inquiétant. Je fronçai les sourcils. À quoi pouvait-il bien penser pour prendre un air aussi sombre? C’était étrange, ce changement soudain d’attitude...

- Je doute que cela soit une bonne idée…

Pourquoi cela n’était pas une bonne idée? Il était peut-être le seul magicien qui accepterait de m’enseigner la magie... Grand-mère l’aurait bien fait, mais comme je ne pouvais pas m’approcher du domaine familial et qu’elle ne pouvait pas le quitter dû à ses responsabilités...

Natsume soupira avant de me fixer dans les yeux... Que tentait-il de me dire?

- Tout d’abord je dois t’avertir que la bibliothèque est actuellement à Edo… Donc si tu veux t’enfuir pour rentrer chez toi, il faut mieux que tu me laisse la remettre en place.

.....

À Edo!? Comment on avait pu aboutir à Edo? Il pouvait déplacer la bibliothèque selon son bon vouloir? Et surtout, pourquoi aurais-je l'intention de m'enfuir?

- Pour répondre correctement à ta première question… Je suis Natsume, le Kiokuryoku… si on ne te l’as pas dit, je suis celui qui a faillis détruire les humains… deux fois…

Je restai figée pendant quelques secondes, pendant que mon esprit tentait d’analyser ce qu’il venait de me dire. Le Kiokuryoku... Comme n’importe quel enfant magicien, on m’avait raconté son histoire. Elle avait été glorieuse, pendant un temps... avant qu’il ne perde complètement la tête et tente d’anéantir  tout les humains. Mais, je me doutais que cette histoire ne racontait pas les raisons qui l’avaient poussé à agir de la sorte. Non, je voulais sa propre version et je ne me contenterais pas de celle qu’on transmet aux jeunes magiciens pour les effrayer...

- Voilà pourquoi je te parlais de personnes peu recommandables…

Je connais une volée, de personnes reconnues populairement pour être peu recommandable...
Il soupira avant de me tourner le dos. Il partit et je restai sur place, tentant de mettre de l’ordre dans mes idées. Devrais-je partir, comme mon instinct me l’intimait? Ou rester pour apprendre la vérité, comme mon cœur le souhaitait?

La bibliothèque trembla.

- La bibliothèque et de retour à sa place…

J’esquissai un pas en direction de la sortie, avant de me raviser. Je sortis d’entre les étagères pour rejoindre le Kiokuryoku. Je le retrouvais, assis au sol...
Je me plaçai en face de lui, légèrement décalé sur sa droite et je m’appuyais sur une autre étagère. J’inspirai avant de dire :

-Les humains ont du vous faire quelque chose de terrible pour vouloir autant leurs morts... On m’a effectivement raconté votre histoire, mais... C’est la version des magiciens... Je préférerais entendre la votre...

Je souris légèrement en repensant à ce qu’il avait dit, les loups de Mibu tombait parfaitement dans sa description :

-Et pour le fait de côtoyer des personne peu fréquentables, selon certains de mes compatriotes, je bas tout les records...

Je m’assis à mon tour et levai les yeux vers le plafond, avant de poser mon regard volontaire sur lui, attendant sa réponse :

-Et je ne partirais pas avant que vous me l’ayez racontée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tsuki2608.skyrock.com
Maître du Jeu
Maître du Jeu


avatar
Messages : 208
Age : 416
Localisation : Peut- importe puisque tu ne me verra pas...
Commentaires : "Autant nous souhaitions la paix par le passé, autant je souhaite la guerre et tout anéantir à présent...
Adieu... Saya..."

MessageSujet: Re: Entre les pages, le savoir se cache [pv: Natsume]   Jeu 27 Juin - 18:15

J’entendis ses pas se diriger vers la sortie et j’émis un faible soupir. Ce n’était pas plus mal… De toute manière les autres devaient déjà savoir qu’elle avait un lien avec moi, comme Mariko… Mais au moins elle n’aurais pas de rapport direct….

-Les humains ont du vous faire quelque chose de terrible pour vouloir autant leurs morts... On m’a effectivement raconté votre histoire, mais... C’est la version des magiciens... Je préférerais entendre la votre...

Je sursautais légèrement, ouvrant les yeux avant de braquer mon regard vers elle. La version des magiciens ? Elle malgré tout, cela ne lui faisait rien ? Je soupirais, mais qu’elle inconsciente… Quoique cela devait- être de famille… Mariko n’en avait jamais loupé une… et moi, j’étais presque pire…

-Et pour le fait de côtoyer des personne peu fréquentables, selon certains de mes compatriotes, je bas tout les records...

…Ce n’était pas une raison… surtout si elle le savait déjà… Je soupirais.
Elle fini par s’asseoir en face de moi, contemplant le plafond de verre un moment avant de me fixer.

-Et je ne partirais pas avant que vous me l’ayez racontée...

Je soupirais, secouant légèrement la tête avant de m’autoriser un léger sourire.

- Tu es vraiment inconsciente… Enfin, les chiens de font pas des chats.

Me déplaçant légèrement pour ne pas la toucher, je dépliais mes jambes avant de m’allonger sur le sol. Passant mes bras sous ma tête, je contemplais un instant les nuages qui s’étiraient calmement à travers le plafond de verre.

- Que ce soit la version des magiciens ou la mienne… Que les humains m’aient fait quelques chose de terrible ou non, il n’en reste pas moins inexcusable ce que j’ai faillis faire par deux fois.

Je fermais les yeux un instant. Je ne pouvais rien oublier… même de ses moments et cela était comme une malédiction pour moi. Cela l’avait toujours été. J’ouvris de nouveau les yeux, ne bougeant pas.

- J’avais le devoir de calmer les humeurs belliqueuses des notre à cause de mes pouvoirs trop grand. Mais je n’y serais jamais arriver sans elle… Une amie d’enfance… Même plus… Elle s’appelait Saya.

J’eus un léger sourire et je me redressais, appuyant mon visage dans l’une de mes mains, je fixais ma petite petite cousine.

- Elle a toujours été beaucoup plus bienveillante que moi… Et diplomate aussi. C’était une personne formidable qui faisait toujours passer les intérêt des autre avant les siens. Toujours à sourire et à rire surtout quand je perdais espoir…

Mon regard s’assombrit, ne me permettant plus de voir la jeune fille devant moi. A présent, je ne voyais que les images horribles, le peu d’images que j’avais gardé de sa mort…

- Elle à soignée un humain grandement blessé, lui sauvant la vie… Mais lui et le groupe d’humains avec qui il l’était ont pris peur de ses pouvoirs. Ils l’ont torturés à mort… Et je suis arrivées trop tard pour la sauver.

J’eus un sourire triste, contemplant le sol avant de fermer les yeux.

- Elle n’as même pas utilisé ses pouvoirs pour sauver sa vie… et elle souriait…

Je rouvrir les yeux, fixant la petite -fille de Mariko.

- Je ne peut pas les pardonner… Ni a eux, ni aux magiciens qui ont regardés sans bouger. Et je peux encore moins me pardonner moi- même. Saya croyais qu’un jour les humains et les magiciens s’entendraient… Je n’y crois plus…

Je soupirais, me levant avant de bailler. Pour Saya, je pourrais parvenir à me retenir de les tuer… Mais pour Saya, je serais capable de les anéantir à jamais également.
Je fis quelques pas avant de me retourner vers elle, plongeant mes yeux dans les siens.

- A mon tour. Pourquoi ne peux -tu pas aller voir Mariko ?

Je me re- assis là où je me trouvais. S’il fallait elle allait me hurler dessus car l’histoire qu’elle avait entendu correspondait…

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La mort n’est pas du monde.
Elle est toujours un scandale et, en ce sens, toujours transcendante au monde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alliancefraternelle.lebonforum.com/
Katsu
Katsu


avatar
Messages : 143
Age : 170
Localisation : à quelques rues du QG du Shinsengumi
Commentaires : Tu es le seul à avoir compris ma douleur et à m'en avoir sorti. Tu n'es ni le plus grand des Samouraïs, ni le plus fort. Mais, Heisuke, c'est toi qui s'est emparé de mon coeur, et ce, sans même combattre pour l'avoir.

MessageSujet: Re: Entre les pages, le savoir se cache [pv: Natsume]   Mar 16 Juil - 19:16

Il soupira et dit, avec un léger sourire :

- Tu es vraiment inconsciente… Enfin, les chiens de font pas des chats.


Je fronçai légèrement les sourcils... Qu’est-ce qu’il voulait dire par là? Je n’étais pas inconsciente d’ailleurs, j’étais simplement déterminée à connaitre la réalité.

Il se déplaça légèrement, tout en étirant ses jambes pour s’allonger sur le plancher. Il semblait qu’il tentait tout pour éviter de me toucher, c’était assez étrange...

Son regard porta sur le toit en verre de la bibliothèque et j’en fis de même, souriant devant l’étendue bleuté. La couleur me fit immédiatement penser au Shinsengumi et je souris encore plus. Peu m’importais ce que les gens disaient à leurs propos, je les aimais tous, à ma façon...

- Que ce soit la version des magiciens ou la mienne… Que les humains m’aient fait quelques chose de terrible ou non, il n’en reste pas moins inexcusable ce que j’ai faillis faire par deux fois.

Tant qu’il se rendait compte qu’il avait mal agit, c’était excusable... Et puis chaque acte avait son sens et sa répercussion, ainsi que son importance dans le cours de notre vie... C’était ce que grand-mère me répétait constamment.

Il ferma les yeux quelques secondes, avant de les rouvrir

- J’avais le devoir de calmer les humeurs belliqueuses des notre à cause de mes pouvoirs trop grand. Mais je n’y serais jamais arriver sans elle… Une amie d’enfance… Même plus… Elle s’appelait Saya.

Il sourit, avant de se redresser pour me fixer. Si ce n’était pas de l’amour dans ses yeux, je n’étais moi-même pas amoureuse...

- Elle a toujours été beaucoup plus bienveillante que moi… Et diplomate aussi. C’était une personne formidable qui faisait toujours passer les intérêts des autres avant les siens. Toujours à sourire et à rire surtout quand je perdais espoir…

Son regard s’assombrit et je me retiens de tous commentaires. Je commençais déjà à entrevoir le fin mot de cette histoire...

- Elle à soignée un humain grandement blessé, lui sauvant la vie… Mais lui et le groupe d’humains avec qui il l’était ont pris peur de ses pouvoirs. Ils l’ont torturés à mort… Et je suis arrivé trop tard pour la sauver.

Son sourire fut si triste que j’eu presque mal au cœur pour lui. Pourquoi les gens jugeaient-ils toujours ce qu’ils ne connaissaient pas de façon négative? C’était aussi la raison pour laquelle je n’avais pas encore parlé aux capitaines de mon affiliation pour la magie. Je craignais leurs réactions... Mais connaissant certains, ils m’en voudront, justement parce que je ne leurs aurais pas dit...

- Elle n’a même pas utilisé ses pouvoirs pour sauver sa vie… et elle souriait…

Je baissais les yeux sous son regard perçant. Je ne savais pas quoi répondre...

- Je ne peux pas les pardonner… Ni a eux, ni aux magiciens qui ont regardés sans bouger. Et je peux encore moins me pardonner moi- même. Saya croyais qu’un jour les humains et les magiciens s’entendraient… Je n’y crois plus…

J’esquissai un mouvement en direction de ma joue et je fus surprise de trouver une larme. Je ne compris pas pourquoi je pleurais...

Je savais juste qu’on ne m’avait pas du tout conté la même histoire... Pourquoi mentait-on aussi effrontément aux enfants? Certes, on les prévenait que trop de «prétention» et de pouvoir pouvant nuire... Mais de cette façon, ils pouvaient brimer la puissance et manipuler leurs pouvoirs comme bon leurs semblaient...

Il soupira à nouveau, avant de se lever en baillant. Il fit quelques pas, comme pour partir, mais se retourna dans ma direction et me fixa dans les yeux.

- À mon tour. Pourquoi ne peux-tu pas aller voir Mariko ?

Il retourna s’asseoir exactement au même endroit, à se demander pourquoi il s’était lever, même si parfois, on réfléchissait mieux en marchant.

Je repliai mes jambes contre ma poitrine, tout en prenant garde que mon kimono ne s’ouvre pas. Maintenant, je me rappelle pourquoi je préfère les vêtements d’homme...

-Ce... On ne raconte pas du tout la même histoire aux enfants... En fait, ils disent que la trop grande puissance  du  Kiokuryoku lui aurait fait perdre la tête et qu’il se serait mis à attaquer les humains parce qu’il les considérait comme indigne, comparé aux magiciens... Je leur ai déjà demandé pourquoi, mais ils n’avaient jamais voulu me répondre...

Je baissai les yeux, honteuse.

-La seule qui semblait protester contre cette histoire, c’était Mariko-obaasan...Elle s’opposait aussi à la pratique qui a été mise en place, lorsque ma propre mère était enfant. Les anciens opposent un sortilège sur tout les enfants qui leurs permets de contrôler la puissance magique qu’ils peuvent utiliser... Ils disaient que c’était pour que la puissance ne nous aveugle pas, comme elle l’avait fait pour... pour vous en fait.

Je le fixai, tout en inspirant et je lâchais :

-Mais après avoir entendue votre histoire, je vois bien que leur raison est complètement fausse... Je ne comprends pas pourquoi ils nous mentent de cette façon et où ils veulent en venir avec ce sortilège.

Je m’arrêtai quelques secondes, cherchant mes mots pour permettre à mon explication d’aboutir à ce que je voulais lui raconter.

Je penchai légèrement la tête sur le côté, faisant tinter ma parure à cheveux.

-Lorsque fut venu mon tour, pour le sortilège, ils ont eu du mal... Parce qu’il n’est normalement pas conçu pour un sang-mêlé... Bref, un jour, pendant un cours pratique de magie –je devais avoir sept ans- j’ai briser accidentellement le sceau du sortilège.

Je fermai les yeux quelques secondes, revoyant encore la lumière qui s’en était suivit... Et le noir total.

-Je ne sais pas ce qui est arrivée... Je me suis réveillée, dans mon lit, couverte de bandages... Et j’entendais beaucoup de voix d’adultes de l’autre côté. Ils se disputaient avec grand-mère. D’après ce que j’ai compris, je n’étais pas la seule enfant à avoir été blessé...

J’ouvris les yeux et je le fixai, de ce même regard déterminée qu’avait ma mère durant cette longue et pénible nuit.

-Mon père est arrivé à peine une heure plus tard. Je ne sais pas comment il l’a su, ni même comment il a fait pour arriver aussi vite depuis Kyoto. ¸

Il n’avait jamais eu l’autorisation pour habiter avec nous... Ni celle pour se marier avec ma mère, d’ailleurs. La famille ne voyait pas d’un très bon œil le fait qu’elle fréquentait un humain tout ce qui avait de plus banal. Il vivait dans la maison familiale des Nishimura, maison qui était maintenant devenue la mienne et mon commerce...

-Bref, lorsque tout le monde fut partie, Oka-san et Obaa-san, m’ont préparés un bagage et elles m’ont forcée à partir avec mon père.

Je touchais mon kanzashi et le retirai de mes cheveux pour le regarder.

-Grand-mère me l’a donné en disant qu’il me protègerait... Et elle a dit à mon père qu’on ne devait jamais revenir par ici, s’il tenait à sa vie, autant qu’à la mienne...

Je souris tristement et terminai :

-Je vous l’avais dit que c’était une histoire compliquée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tsuki2608.skyrock.com
Maître du Jeu
Maître du Jeu


avatar
Messages : 208
Age : 416
Localisation : Peut- importe puisque tu ne me verra pas...
Commentaires : "Autant nous souhaitions la paix par le passé, autant je souhaite la guerre et tout anéantir à présent...
Adieu... Saya..."

MessageSujet: Re: Entre les pages, le savoir se cache [pv: Natsume]   Ven 19 Juil - 15:59

Elle replia ses jambes contre elle et j’haussais légèrement un sourcil. Elle semblait seulement triste… Je secouais la tête, vraiment, ses choses c’étaient passés bien avant sa naissance alors elle ne devrait pas réagir ainsi. Et puis éprouver de l’empathie envers moi n’était pas la meilleure chose à faire si on faisait partie des magiciens…

-Ce... On ne raconte pas du tout la même histoire aux enfants... En fait, ils disent que la trop grande puissance du Kiokuryoku lui aurait fait perdre la tête et qu’il se serait mis à attaquer les humains parce qu’il les considérait comme indigne, comparé aux magiciens... Je leur ai déjà demandé pourquoi, mais ils n’avaient jamais voulu me répondre...

Oh… Intéressant… Ils n’avaient même pas dit que je désirais tuer tout les magiciens aussi ? Je fronçais les sourcils, réfléchissant un instant. Pour ne pas faire peur aux enfants ou pour ne pas leur porter préjudice ?

-La seule qui semblait protester contre cette histoire, c’était Mariko-obaasan...

Sacré Mariko… Toujours à essayer d’établir les choses envers et contre tous…

-Elle s’opposait aussi à la pratique qui a été mise en place, lorsque ma propre mère était enfant. Les anciens opposent un sortilège sur tout les enfants qui leurs permets de contrôler la puissance magique qu’ils peuvent utiliser... Ils disaient que c’était pour que la puissance ne nous aveugle pas, comme elle l’avait fait pour... pour vous en fait.

Un sceau ? J’avais un mauvais pressentiment. Même si les magiciens étaient peu nombreux et beaucoup sûrement comme la demoiselle devant moi, ils ne pouvaient pas contrôler toute cette masse de pouvoirs… A moins qu’ils aient une autre idée en tête…

-Mais après avoir entendue votre histoire, je vois bien que leur raison est complètement fausse... Je ne comprends pas pourquoi ils nous mentent de cette façon et où ils veulent en venir avec ce sortilège. Lorsque fut venu mon tour, pour le sortilège, ils ont eu du mal... Parce qu’il n’est normalement pas conçu pour un sang-mêlé... Bref, un jour, pendant un cours pratique de magie –je devais avoir sept ans- j’ai briser accidentellement le sceau du sortilège.

Un sceau à moitié finalisé… Quel danger… Pas étonnant que les magiciens n’étaient plus aussi nombreux.

-Je ne sais pas ce qui est arrivée... Je me suis réveillée, dans mon lit, couverte de bandages... Et j’entendais beaucoup de voix d’adultes de l’autre côté. Ils se disputaient avec grand-mère. D’après ce que j’ai compris, je n’étais pas la seule enfant à avoir été blessé... Mon père est arrivé à peine une heure plus tard. Je ne sais pas comment il l’a su, ni même comment il a fait pour arriver aussi vite depuis Kyoto. Bref, lorsque tout le monde fut partie, Oka-san et Obaa-san, m’ont préparés un bagage et elles m’ont forcée à partir avec mon père

Elle retiras l’ornement de ses cheveux comme pour mieux le regarder. Je serrais légèrement les poings. Cette histoire commençais à m’énerver sérieusement et j’avais l’impression que j’y étais pour quelque chose. Toute la puissance qu’ils avaient scellé de ses enfants, voulaient- ils essayer de la contrôler pour régner sur le monde ? Ou pour me tuer ? Quelle bande d’imbéciles…

-Grand-mère me l’a donné en disant qu’il me protègerait... Et elle a dit à mon père qu’on ne devait jamais revenir par ici, s’il tenait à sa vie, autant qu’à la mienne. Je vous l’avais dit que c’était une histoire compliquée...

Je soupirais d’assez mauvaise humeur avant de me lever. M’avançais vers elle, je la pris par le poignet avant de la hisser doucement sur ses pieds.

- J’ai dormi pendant trop longtemps semblerait- il… Je suppose que c’est toujours au même endroit ?

Sans attendre la réponse, j’approchais la demoiselle de moi avant de fermer les yeux, marmonnant une formule de télépointage Rouvrant les yeux, je baillais à notre arriver dans l’immense parc de la demeure.

- J’aurais du dormir avant de m’énerver…

Les magiciens qui étaient sur place nous regardaient en écarquillant les yeux, choqué. Ah oui… La protection qu’ils avaient mis autour de la demeure avait complètement explosé à notre entrée…

- …Bouh ?

Certains se mirent à courir dans tout les sens, hurlant à grand cris pour prévenir de l’intrusion et je soupirais, secouant la tête. Faisant signe à un petit garçon a côté de nous qui n’avait pas l’air d’avoir très bien compris, je demandais calmement.

- Excuse- moi, tu serais où se trouve Mariko ?

J’espérais qu’elle n’aurais rien de tranchant à porté de main…

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La mort n’est pas du monde.
Elle est toujours un scandale et, en ce sens, toujours transcendante au monde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alliancefraternelle.lebonforum.com/
Katsu
Katsu


avatar
Messages : 143
Age : 170
Localisation : à quelques rues du QG du Shinsengumi
Commentaires : Tu es le seul à avoir compris ma douleur et à m'en avoir sorti. Tu n'es ni le plus grand des Samouraïs, ni le plus fort. Mais, Heisuke, c'est toi qui s'est emparé de mon coeur, et ce, sans même combattre pour l'avoir.

MessageSujet: Re: Entre les pages, le savoir se cache [pv: Natsume]   Ven 2 Aoû - 17:06

Il soupira. Il semblait d’assez mauvaise humeur et je me demandais pourquoi. Natsume se leva et s’approcha de moi, avant de me prendre le poignet pour me hisser sur mes getas.

- J’ai dormi pendant trop longtemps semblerait- il… Je suppose que c’est toujours au même endroit ?

Même endroit? Qu’est-ce qui est au même endroit? Il n’allait tout de même pas...

Avant que je n’ai pu dire quoi que ce soit ou rétorquer qu’il s’agissait d’une très, mais alors là très mauvaise idée, il se mit à murmurer une formule que je ne connaissais pas. Je fermai instinctivement les yeux et je grimaçai sous la sensation que cette magie apportait. J’avais l’impression d’être tirée de tout les côtés et d’être écrasé, c’était fort désagréable...

J’ouvris à nouveau les yeux lorsque j’entendis Natsume bailler. Je restai muette de surprise pendant quelques secondes. Sous mes yeux, s’étalait un paysage que je n’aurais jamais pensé revoir.

- J’aurais du dormir avant de m’énerver…

Je ne répondis rien. Il avait effectivement besoin de sommeil, cela se voyait. J’avais peur qu’il ne s’écroule de fatigue à n’importe quel moment.

Je sentis le regard des magiciens sur nous. D’accord, notre arrivée était assez surprenante, mais tout de même...

- …Bouh ?

J’haussai un sourcil, alors que certains se mettaient à courir en tout sens, avertissant les autres de notre intrusion à grand renfort de cris. Je me souvenais d’un système d’alarme beaucoup plus efficace...

Natsume demanda à un petit garçon qui était resté figé par notre arrivée soudaine :

- Excuse- moi, tu saurais où se trouve Mariko ?

Le petit hocha la tête en pointa du doigt le pavillon central de la demeure et il détala comme un lapin.

Je remarquai plusieurs silhouettes sortant de l’ombre de la demeure et s’avancer sur l’engawa. Je réprimai une grimace. Toutes ces têtes blanches ne pouvaient signifier qu’une chose... Les anciens.

Je ne les portai pas dans mon cœur et je crois que c’était encore réciproque...

Un coup de bâton résonna sur le bois du porche et une voix que je reconnaitrais entre mille s’exclama :

-Poussez-vous de mon chemin, vous me bloquez la vue!

Je souris légèrement lorsque je les vis s’écarter pour faire place à ma grand-mère. Toujours aussi autoritaire, à ce que je vois...

Elle descendit prudemment les marches, mais à chaque fois que son bâton touchait le sol, il laissait s’échapper une gerbe d’étincelles multicolores. Elle était très en colère...

Lorsqu’elle arriva à notre hauteur, elle me jeta un regard en souriant.

-Tu es vraiment devenue jolie, Katsu-chan. Dommage que tu t'habilles en garçon d'habitude, parce que les kimonos te vont très bien.

Je restai surprise. Comment elle savait que je m'habillais en garçon pour travailler? Décidément...

-Obaa-san, je...

Mais elle me coupa net lorsqu’elle leva son bâton qui lui servait de canne, tout autant que d’outil pour exercer sa magie. Est-ce qu’elle allait frapper Natsume?

Mais elle frappa durement le sol et je sentis une vague d’énergie passée entre nous. Je levais les yeux vers le ciel et je vis que la barrière magique de protection était en train de se reformé.

Une fois la barrière remit en place, elle pointa le bout sculpté de son bâton en direction du Kiokuryoku.

-Toi par contre, Natsume, tu as beaucoup de chose à me dire... Surtout que tu viens de mettre ma petite-fille dans un sale pétrin!

Un murmure parcourut les magiciens qui s’étaient peu à peu rassemblé autour de nous. Ils venaient probablement de nous reconnaitre...

Je m’inquiétais du calme apparent de ma grand-mère. Ça ne présageait jamais rien de bon dans ces cas-là...

Elle nous incita à la suivre à l’intérieur de la demeure et j’allais la suivre docilement, lorsque j’entendis un cri totalement différent provenir de la petite foule :

-Katsuyo!

Je me retournai légèrement pour apercevoir le visage baigné de larmes de ma mère. Je ne pus m’empêcher de délaisser Natsume et ma grand-mère pour aller me jeter dans les bras de ma mère qui les ouvrit. Je m’y logeai, comme lorsque j’étais enfant et je sentis des larmes rouler sur mes joues. Je murmurai :

-Oka-chan...

-Katsuyo... Tu n’aurais pas dû revenir ici, mais maintenant que tu es là, je vais en profiter...

Elle me serra un peu plus fort et j’oubliais pendant quelques secondes la position dans laquelle je me trouvais pour seulement savourer la chaleur des bras de ma mère qui m’avait tellement manqué. Elle me ramena à la réalité lorsqu’elle emboita le pas à Mariko qui nous faisait signe de la suivre à l’intérieur.

Tout le monde s’écarta de notre chemin et je rejoignis Natsume et Obaa-sama dans une pièce de la maison, appréhendant la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tsuki2608.skyrock.com
Maître du Jeu
Maître du Jeu


avatar
Messages : 208
Age : 416
Localisation : Peut- importe puisque tu ne me verra pas...
Commentaires : "Autant nous souhaitions la paix par le passé, autant je souhaite la guerre et tout anéantir à présent...
Adieu... Saya..."

MessageSujet: Re: Entre les pages, le savoir se cache [pv: Natsume]   Ven 2 Aoû - 18:01

-Poussez-vous de mon chemin, vous me bloquez la vue!

Je souris à l’entende de cette voix. Cela faisait si longtemps ! Par contre le bâton qui lançait des étincelles c’étaient nouveau ça… j’avais un mauvais pressentiment tout à coup…
Elle s’approcha de nous, m’ignorant superbement au passage et je secouais légèrement la tête. Il allait rien me manquer…

-Tu es vraiment devenue jolie, Katsu-chan. Dommage que tu t'habilles en garçon d'habitude, parce que les kimonos te vont très bien.
-Obaa-san, je...

Elle frappa le sol de son bâton et je ne pus retenir un énième bâillement. J’aurais vraiment dû dormir avant… Si cela continuais ainsi, j’allais vraiment m’écrouler de sommeil… cela ne serait pas une bonne idée… pas du tout même…
Elle pointa son bâton dans ma direction et je fut ravis que ce ne soit pas un katana.

-Toi par contre, Natsume, tu as beaucoup de chose à me dire... Surtout que tu viens de mettre ma petite-fille dans un sale pétrin!

Mais oui, mais oui… Il fallait toujours qu’elle dramatise. Et puis si je l’avais emmené ici, c’était que j’étais sûr de la faire repartir en un seul morceau. J’étais peut- être crvé mais je n’avais pas encore perdu la raison. Je crois…

-Katsuyo!

Je regardais de loin une femme serrais dans ses bras la petite fille de Mariko et fronçais les sourcils. Sûrement la fille de Mariko. Détournant les yeux, Mariko commençant à entrer dans la maison non loin de nous et je lui emboîtais le pas, observant un peu le paysage aux alentours Le lieu n’avait vraiment pas changer par contre, l’aura n’était plus du tout le même… Je sentais comme quelques chose de malsain…
Nous entrâmes et je m’assis en tailleur devant elle, ne disant pas un mot en entendant que les deux petites demoiselles nous rejoignes. Je n’attendis pas qu’elles s’installe avant de commencer.

- J’ai moi- même quelques questions à te poser mais avant… C’est fou ce que tu as vieilli… Vraiment, tu as toujours un sale caractère c’est effrayant !

Je bâillais de nouveau, passant une main dans mes cheveux en les décoiffant plus qu’autre chose. Toutefois, ma diversion ne m’occupa même pas suffisamment à moi- même car je repris un air sérieux. Nous avoir tout les deux dans la même pièce à nous regarder en chien de faïence devait être terrifiant…

- Katsu m’as raconté l’histoire stupide que certain ont inventé pour apposer un sceau. Je me suis fait ma petite idée sur le but mais j’espère fortement me tromper.

Je m’arrêtais, regardant un instant le plafond.

- Je sais que je nai pas vraiment mon mot à dire maintenant mais…

Je tournais le regard vers Katsu et sa mère avant de me reporter sur Mariko.

- Si je n’ai pas sût protéger Saya, il n’est pas question que je fasse la même chose avec toi ou elles maintenant que je suis réveillé.

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La mort n’est pas du monde.
Elle est toujours un scandale et, en ce sens, toujours transcendante au monde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alliancefraternelle.lebonforum.com/
Katsu
Katsu


avatar
Messages : 143
Age : 170
Localisation : à quelques rues du QG du Shinsengumi
Commentaires : Tu es le seul à avoir compris ma douleur et à m'en avoir sorti. Tu n'es ni le plus grand des Samouraïs, ni le plus fort. Mais, Heisuke, c'est toi qui s'est emparé de mon coeur, et ce, sans même combattre pour l'avoir.

MessageSujet: Re: Entre les pages, le savoir se cache [pv: Natsume]   Dim 27 Oct - 17:38

Ma mère ouvrit le shôji et vient se placer aux côtés d’Obaa-sama. Je fis ce qui me semblait le mieux et m’assit avec elle.

- J’ai moi- même quelques questions à te poser mais avant… C’est fou ce que tu as vieilli… Vraiment, tu as toujours un sale caractère c’est effrayant !

Je restai muette. Il venait réellement de parler des rides de ma grand-mère. Il était chanceux s’il ne se faisait pas frapper....

Natsume bailla de nouveau, tout en ce décoiffant un peu plus. Ils étaient réellement terrifiant tout les deux, à se jeter cet étrange regard. Je vous en prie, parlez, faites quelques choses... J’en pouvais plus de cette étrange tension qui régnait dans cette pièce.

- Katsu m’as raconté l’histoire stupide que certain ont inventé pour apposer un sceau. Je me suis fait ma petite idée sur le but mais j’espère fortement me tromper.

Ne m’impliquer pas....
Je cachais légèrement mon visage avec mes manches pendant que je sentis le regard de ma mère se poser sur moi.

- Je sais que je n’ai pas vraiment mon mot à dire maintenant mais…

Je rougis un peu lorsque son regard se porta sur moi, pour ensuite tomber sur ma mère avant de revenir sur ma grand-mère.

-Si je n’ai pas sût protéger Saya, il n’est pas question que je fasse la même chose avec toi ou elles maintenant que je suis réveillé.

Je préférais rester silencieuse, remarquant qu’Obaa-sama allait prendre la parole.

-Je ne crois pas qu’à mon âge, j’ai encore besoin d’être protéger.... C’est plus les autres qui doivent être protégé de moi!

Elle partit dans l’un de ses rires qui la caractérisait si bien. Aussi rapidement qu’il était venu, son expression joyeuse disparut, remplacer par un air terrifiant.

Elle leva légèrement le bout de son bâton et dit :

-Même si tu as toujours été mon cousin préféré, si tu oses encore reparlé de mes rides, tu me le payeras!

Je ne pus empêcher un léger rire de franchir mes lèvres, mais ma mère me rappela rapidement à l’ordre.

Se tournant vers grand-mère, ma mère prit la parole pour la première fois depuis son entrée dans la pièce :

-Kiokuryoku-sama, sauf votre respect, mais je me sentirais effectivement plus à l’aise si ma fille était protégée par un magicien, surtout de votre trempe, plutôt que par une bande de rônin qui...

Je me levais d’un bond, la coupant net dans sa tirade et m’exclamai :

-Mais qu’est-ce que vous avez tous contre le Shinsengumi, bon sang? Se sont des hommes qui ont à cœur la protection de leurs pays et qui...


Ma mère s’était levée à son tour et s’était emparée de mes mains. Je ne compris que plus tard qu’elle m’empêchait d’utiliser ma magie qui s’était spontanément mis en marche sous le coup de ma colère. Elle me coupa et continua :

-Et qui font des expérimentations plus que douteuses, avec l’aide d’Onis tout aussi louches...

Son regard tomba dans le mien, alors que je ne cillai même pas. Sa question sonna comme une affirmation

-Katsuyo, tu es au courant...

Je retirai mes mains de ceux de ma mère et m’assit de nouveau sur le sol.

-Bien entendu que je suis au courant, mère. Je travaille pour eux depuis le début et je..-je soupirai- C’est bien plus compliqué que vous ne pouvez le penser...

Mariko soupira et dit :

-Ma fille, assied-toi, on a des problèmes plus importants que les loups de Mibu pour le moment... Et je déteste lorsqu’on écoute aux portes!

Le shôji s’ouvrit brusquement sous l’effet de sa magie. Derrière se trouvait le plus vieux des anciens, après Mariko. Le regard qu’il jeta à Natsume-san, ainsi qu’à moi me laissa présager le pire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tsuki2608.skyrock.com
Maître du Jeu
Maître du Jeu


avatar
Messages : 208
Age : 416
Localisation : Peut- importe puisque tu ne me verra pas...
Commentaires : "Autant nous souhaitions la paix par le passé, autant je souhaite la guerre et tout anéantir à présent...
Adieu... Saya..."

MessageSujet: Re: Entre les pages, le savoir se cache [pv: Natsume]   Dim 27 Oct - 18:30

Je souris, retenant un léger rire même si mon regard était triste. A son âge ? Je ne pouvais même pas dire quel âge elle avait exactement… Dans un sens cela me rendait triste même si je savais pertinemment que c’était entièrement de ma faute. J’avais en quelques sorte trahis la confiance qu’avais eu les gens en moi… ces personnes qui a cause de mon pouvoir trop grand avait oublié dans un sens que je n’étais qu’un homme comme eux et as un dieux, que moi- même je faisais des erreur. Même si je n’arrivais pas tout à fait à m’en vouloir d’avoir tuer ces humains… même si j’en voulais toujours aux magiciens de les avoirs laissé faire.

-Même si tu as toujours été mon cousin préféré, si tu oses encore reparlé de mes rides, tu me le payeras !

Je souris, elle aussi, bien qu’elle était ma seule cousine. Je l’avais toujours considéré comme ma sœur et voir qu’elle n’avais pas changé après toute ces années me…. Réchauffé le cœur en quelque sorte. Par contre j’étais surpris qu’elle parle ainsi, faisant par ce fait remarquer à sa fille et sa petite fille que nous étions de la même famille. Car d’après ce que j’avais constaté, Katsu n’avais rien su jusqu’à présent… Peut- être était- ce seulement de l’inattention… avec l’âge ?

-Kiokuryoku-sama, sauf votre respect, mais je me sentirais effectivement plus à l’aise si ma fille était protégée par un magicien, surtout de votre trempe, plutôt que par une bande de rônin qui...

J’observais donc ma petite cousine, surpris après avoir légèrement sursauté. Kiokuryuku… -sama ? Plus à l’aise ?… C’était vraiment de famille, ils étaient tous tombé sur la tête à me parler ainsi. J’avais soit perdu l’habitude… ce qui était tout à fait normal après tout ce qu’il s’était passé. Je comprenais vite d’habitude mais là j’avais du mal à suivre semblait- il…

-Mais qu’est-ce que vous avez tous contre le Shinsengumi, bon sang? Se sont des hommes qui ont à cœur la protection de leurs pays et qui...

J’écoutais attentivement la conversation entre mère et fille. J’avais entendu certaine chose venant du gosse Kazama et cette histoire était loin de me plaire. Encore une fois, les humains n’apprenait rien de leurs erreurs…
Mais là n’était pas le sujet, en tant que magicien nous avions d’autres affaires bien plus importante que…

-Ma fille, assied-toi, on a des problèmes plus importants que les loups de Mibu pour le moment... Et je déteste lorsqu’on écoute aux portes!

Exactement.
Les portes s’ouvris, laissant apparaître les vieux schnok au regard menaçant auxquelles je ne lançais aucun regard. Ils était tellement stupide qu’ils ne savait même pas correctement cacher leur présence pour espionner.
Les ignorant, je me tournais vers la fille de Mariko, le plus tranquillement du monde.

- C’est Natsume ou Natsu, le Kiokuryoku- sama est mort il y a pas mal d’années maintenant et c’est très bien ainsi.

Je me retournais vers Mariko, me relevant avant de me diriger vers les vieux d’un pas tranquille, il fallait mieux que je bouge à présent pour ne pas m’endormir.

- Pardon Mariko, cela n’as pas du être facil et j’en suis bien conscient mais je n’ai aucun regret à ce que j’ai fait. D’ailleurs on peux remercier un certain Oni pour m’avoir empêché de le refaire à mon réveil. Quand à vous, je ne suis pas d’humeur alors disparaissez de ma vue avant que me prenne l’envie de vous faire disparaître.

Ma voix c’était faite plus froide sur la fin, d’ail li toute l’atmosphère c’était refroidi alors que ma magie envahissait un peu plus le lieu. Une magie menaçante mais qui appuyais mon humeur massacrante malgré ma fatigue. Ils reculèrent de quelques pas, avant de partir un peu plus loin, restant tout de même en vue. Ils allaient sûrement préparer une vrai riposte….
Continuant de les observer, je repris la parole d’une voix fatigué, tout en arrêtant ma magie pour qu’elle ne se fasse plus sentir

- Mariko… Il faut faire quelque chose pour retirer définitivement ce sceau de tout le monde… Car entre cette magie emmagasiner et la libération du sceau dans le royaume de l’Est, nous allons au devant de puissant ennuis…

Je baillais de nouveau avant de m’asseoir, tournant le dos à l’extérieur pour observer Mariko et sa petite famille. De toute manière je devais être leur cible principal alors il fallait mieux que je reçoive les coup plutôt qu’ils ne s’en prennent à elles. Sinon je risquais vraiment de faire un carnage…

- Katsu ? Désolé pour les ennuis... même si ça ne changeras rien que je m'excuse... désolé d'être de la famille aussi...

Oui, ce n'était pas une bonne chose, même si les femmes de notre famille avaient un sacré caractère.

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La mort n’est pas du monde.
Elle est toujours un scandale et, en ce sens, toujours transcendante au monde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alliancefraternelle.lebonforum.com/
Katsu
Katsu


avatar
Messages : 143
Age : 170
Localisation : à quelques rues du QG du Shinsengumi
Commentaires : Tu es le seul à avoir compris ma douleur et à m'en avoir sorti. Tu n'es ni le plus grand des Samouraïs, ni le plus fort. Mais, Heisuke, c'est toi qui s'est emparé de mon coeur, et ce, sans même combattre pour l'avoir.

MessageSujet: Re: Entre les pages, le savoir se cache [pv: Natsume]   Sam 29 Mar - 16:57

- C’est Natsume ou Natsu, le Kiokuryoku- sama est mort il y a pas mal d’années maintenant et c’est très bien ainsi.

Natsume se leva et continuant de parler à ma grand-mère, il se dirigea en direction des anciens qui continuaient de fulminer dans l’embrasure de la porte.

- Pardon Mariko, cela n’as pas du être facile, et j’en suis bien conscient mais je n’ai aucun regret à ce que j’ai fait. D’ailleurs on peut remercier un certain Oni pour m’avoir empêché de le refaire à mon réveil. Quand à vous, je ne suis pas d’humeur alors disparaissez de ma vue avant que me prenne l’envie de vous faire disparaître.

Sa voix se fit froide et l’ordre, sans appel. On pouvait même ressentir une certaine forme de magie de celle-ci et les vieux ne se firent pas prier et s’éloignèrent de leurs pas pressé.

- Mariko… Il faut faire quelque chose pour retirer définitivement ce sceau de tout le monde… Car entre cette magie emmagasinée et la libération du sceau dans le royaume de l’Est, nous allons au devant de puissants ennuis…

Je fronçais les sourcils, commençant à comprendre quels genre de plans avaient été soigneusement élaboré à l’insu de tous.

- Katsu ? Désolé pour les ennuis... même si ça ne changeras rien que je m'excuse... désolé d'être de la famille aussi...

Je relevais la tête et dis en tentant d’esquisser un sourire timide :

-Ne vous en faites pas, Natsume. En fait, cela explique certaines choses...

Je gardais le reste de mes réflexions pour moi, alors que ma grand-mère se relevait, faisant craquer ses os dans un concert de gémissements.

-J’adorerais continuer de discuter avec vous tous, mais si je laisse faire ces vieux idiots qui marmonnent encore dans leurs coins, ils vont finir par réussir leurs sortilèges et priver complètement Katsu de ses pouvoirs... De plus, ce n'est pas parce qu'elle est à moitié humaine qu'ils sont nécessairement plus faibles, si tu vois ce que je veux dire

Je ne comprennais pas son allusion et cela me frustrait quelque peu, je détestais lorsqu'on parlait de moi et que je ne pouvais pas en sensir le sens, mais e restai tout de même surprise. Ils pouvaient faire ça, ils pouvaient me retirer complètement mes pouvoirs ou c'était un stratagème qu'utilisait grand-mère pour nous forcer à partir? Obaa-san fixa son cousin pendant quelques secondes et
continua :

-On doit effectivement faire quelque chose au sujet de ce sceau, mais pas dans l’immédiat. Pour le moment, il est préférable que vos partiez. Tu devras donc revenir me voir, Natsu.

Elle ria, tout en avançant vers ses compatriotes. Elle se mit à psalmodier à une vitesse effrénée et je sentis les poils de mes bras s’hérisser sous les flux de magie contraire.

Tout sentait dérouler si rapidement sous mes yeux et ce n’était que les souffles de magie qui imprégnait l’air qui me démontraient que je ne faisais pas un rêve abracadabrant.
J’entendis ma mère murmurer à mon oreille comme quoi elle était désolée de ne jamais être venue me voir, mais je compris rapidement ses raisons.

Elle se tourna vers Natsume et lui dit :

-Je vais profiter du fait que mère fait diversion pour vous renvoyez d’où vous venez, en utilisant le flux résiduel de votre sort de téléportation...

Je vis son beau visage se crisper sous l’effort du sort qu’elle exécutait. Je tendis un bras dans sa direction :

-Oka-san, attends! Je...

Mais je ressentis la sensation désagréable d’être écrasé dans un tunnel étroit et le souffle me manqua. Je fermais les yeux et je les rouvris que lorsque l’étrange sentiment soit dissipé.

Je remarquai que j’étais de retour à la case départ, entre les rayons de la bibliothèque. Agenouillée au sol, je serrais les poings, faisant blanchir mes jointures :

-Maman...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tsuki2608.skyrock.com
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Entre les pages, le savoir se cache [pv: Natsume]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entre les pages, le savoir se cache [pv: Natsume]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Batista vs John Cena
» Causette entre deux pages du roman qu'est la vie [PV Hayley York]
» Le paradis se trouve dans les seins d'une femme, sur le dos d'un cheval, entre les pages d'un livre.
» Petite chamaillerie entre voisin [Iseult]
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les portes d'Edo :: Royaume du Nord :: La blibliothèque perdue-