AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de voter pour le forum !

Partagez | 
 

 De fil en aiguille [Pv Katsu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Todo Heisuke
Todo Heisuke


avatar
Messages : 23
Localisation : officiellement au QG du Shinsengumi...

MessageSujet: De fil en aiguille [Pv Katsu]   Jeu 6 Juin - 19:22

Ce n’était pas ma journée. J’aurais dû le savoir dès que j’avais croisé Hijikata-san. J’aurais dû m’en rendre compte au moment même où mes yeux se posaient sur cette ride creusée entre ses deux yeux.

Je m’étais déjà fait réprimander la veille, car il avait fallu que notre démoniaque vice-capitaine nous grille au moment où nous rentrions de Shimabara, Sano-san, Shinpat-san et moi. Seulement, au moment où je m’étais retourné, attendant un soutien de mes deux compagnons de beuverie, je me retrouvais seul dans la cour, face au regard violet particulièrement électrique d’Hijikata-san. Oui, ces deux ignobles vieux qui se faisaient appeler mes « amis » s’étaient volatilisés, m’abandonnant lâchement !
Bon… peut-être aussi que j’avais trop bu, raison qui m’avait empêché d’apercevoir le signal que nous lançait Sano-san pour déguerpir. Enfin, avec les yeux qui louchaient, je ne pouvais pas espérer voir grand-chose…

Bref, Hijikata-san était resté silencieux dans un premier temps, avec son air particulièrement flippant qui vous faisait presque regretter qu’il ne vous crie pas dessus à la place. Et quand enfin il déversait son courroux, vous vous demandiez si ce n’était pas mieux quand il se taisait…

J’en avais pris plein la tête –dans tous les sens du terme- et j’étais parti me coucher déprimé… Du moins, une fois que j’avais réussi à trouver ma chambre.
Ce matin, je m’étais réveillé avec un affreux mal de crâne, espérant que la journée serait différente de la veille. Oh elle était différente ! Elle était pire !!

Rien qu’en entrant dans la salle commune pour prendre mon repas, je m’étais rendu compte avec horreur que c’était au tour de Souji de cuisiner ! Comme j’étais trop jeune pour mourir, j’avais décidé de sauter le repas.

En plus, Hijikata-san semblait de méchante humeur, aussi n’avais-je pas trop envie de traîner dans les parages. Je possédais le don –aussi inné qu’inutile- de provoquer sa colère pile au moment où il ne le fallait pas.

M’asseyant sur l’engawa, je scrutais la cour en ébouriffant vivement mes cheveux.

-Ah ! Pourquoi faut-il que tout me tombe toujours dessus ? C’est un complot contre la jeunesse !

Levant mes yeux vers le ciel, je me perdis dans la contemplation des nuages, avant de sourire. Ce n’était pas ça qui allait entacher ma bonne humeur ! Il en fallait plus pour miner Todo Heisuke !

Mon regard fut soudain attiré par une silhouette qui approchait et je tournais automatiquement la tête vers elle. Mon sourire s’élargit en reconnaissant ses longs cheveux clairs et ses yeux couleur jade.

Je levais la main en lui faisant signe.

-Katsu-chan !

Bondissant sur mes pieds, je me portais à sa rencontre, constatant qu’elle était chargée. Elle devait certainement amener nos haori tout neuf ! Katsu était une couturière reconnue et elle travaillait depuis un bon moment pour le Shinsengumi. Chaque fois, je m’émerveillais de constater que les nombreuses déchirures de mon uniforme avaient disparues.

-Laisse-moi t’aider à porter quelque cho…wouaaaaaah !!

Je l’avais dit que ce n’était pas ma journée…

Je venais de trébucher sur un caillou, exécutant un plongeon vers l’avant qui aboutit à m’écraser littéralement sur Katsu.

Dans un sursaut de dignité –le peu qu’il me restait à cet instant- je me rattrapais, histoire de ne pas la faire chuter elle aussi, l’air complètement catastrophé.
Je soufflais un grand coup, évitant soigneusement de regarder Katsu en lui prenant les paquets qu’elle tenait des mains.

-Hem… désolé. Tu n’as rien au moins ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsu
Katsu


avatar
Messages : 143
Age : 170
Localisation : à quelques rues du QG du Shinsengumi
Commentaires : Tu es le seul à avoir compris ma douleur et à m'en avoir sorti. Tu n'es ni le plus grand des Samouraïs, ni le plus fort. Mais, Heisuke, c'est toi qui s'est emparé de mon coeur, et ce, sans même combattre pour l'avoir.

MessageSujet: Re: De fil en aiguille [Pv Katsu]   Dim 9 Juin - 18:54

Je marchais d'un pas rapide en direction de Mibu, à l'extrême sud de la capitale.Je venais de terminer une commande d'haoris et j'allais les porter aux membres du Shinsengumi. Encore une fois, j'ignorais le regard des passants, toujours aussi étonné de voir une femme habillé d'un hakama et d'un juban. Je me contrefichais de ce qu'ils pouvaient bien pensé, c'était plus pratique pour faire mon métier.

Je souris en pensant aux jumelles que j'avais laissé seules à la boutique, au moins, je savais cette dernière entre de bonnes mains...
J'aperçus les contours du quartier général et je pressais le pas. Ma boite à couture sur mon dos commençait à peser lourd et j'avais les bras chargés de boites plates contenant les haoris. Hijikata-san allait-encore- hurler lorsqu'il allait voir la facture...

J'avais tout de même quatre bouches à nourrir moi! Et puis j'allais lui proposer une réduction, pour compenser la fois où Rin avait oublié une aiguille dans l'hakama tout neuf du démoniaque vice-capitaine. J'avais passé un quart d'heure infernale et je ne lésinai pas sur mes mots...

J'entrais dans l'enceinte du quartier général, tout en continuant de réfléchir...

-Katsu-chan !

Je sortis de mes pensées en entendant la voix du huitième capitaine et je lui rendis son sourire. Il bondit sur ses pieds et vint à ma rencontre.

-Laisse-moi t’aider à porter quelque cho…wouaaaaaah !!

Je le vis se prendre le pied dans un caillou et plonger vers l'avant. Je tentais un pas sur le côté pour me retirer de sa trajectoire, mais étant lourdement chargé, je ne pu que bouger de quelques centimètres.

Le pauvre capitaine finit directement sa course sur moi, mais m'empêcha de chuter vers l'arrière.

Il inspira profondément et souffla, tout en évitant de me regarder, avant de prendre les caisses que je portais.

-Hem… désolé. Tu n’as rien au moins ?

Je secouai la tête de droite à gauche et répondis:

-Non, je n'ai rien et toi ça va?

Je désignai les caisses et continuai:

-Merci, Heisuke-kun. Elles commençaient à être lourde, Mibu reste loin de ma boutique...

Et c'était la raison qui faisait que je ne pouvais pas venir bien souvent au quartier général pour tous les voir...

-Tu penses que tu pourrais regroupé tes hommes dans la salle commune? C'est justement les haoris de ton unité que je rapporte. Le tien est... euh... à quelque part dans l'une de ses caisses...

Je sentis le rouge me monter aux joues lorsque je me rappelais qu'il était dans ma boite à couture... Puisque c'était le dernier que j'avais terminé à cause de la...

Je me dirigeai en direction de l'engewa, retirai mes getas et monta les quelques marches. Je pris la direction de la salle commune en souriant au jeune capitaine. J'ouvris le shôji pour lui facilité la tâche et je dis, en souriant encore plus:

-Je vais vous attendre ici, tu peux déposer les paquets. Je vais les vérifier à nouveau...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tsuki2608.skyrock.com
Todo Heisuke
Todo Heisuke


avatar
Messages : 23
Localisation : officiellement au QG du Shinsengumi...

MessageSujet: Re: De fil en aiguille [Pv Katsu]   Mer 12 Juin - 17:22

-Non, je n'ai rien et toi ça va?

 Mis à part ma fierté qui était en miettes, oui tout allait très bien… Si seulement je pouvais avoir des pouvoirs magiques, j’aurais ainsi pu effacer cette image de la mémoire de Katsu. Sauf que la magie n’existait pas !

… A part les rasetsu, bien sûr.

… Et aussi les oni qui étaient surnaturels. Enfin, ce qu’il y avait principalement de surnaturel chez les oni c’était l’incroyable propension qu’ils avaient à nous taper sur le système…

En guise de réponse, je secouais la tête avec un sourire chaleureux, qui ne reflétait pas vraiment l’état de honte dans lequel je me trouvais. Heureusement que Shinpat’ et Sano n’étaient pas là à cet instant ou j’en entendrais encore parler dans dix ans.

-Merci, Heisuke-kun. Elles commençaient à être lourdes, Mibu reste loin de ma boutique...

 Quand je pense que Katsu portaient ces caisses depuis son magasin… Avec ses bras si fins, et ses poignets si délicats… Néanmoins, je savais que Katsu était plus fragile qu’elle ne le laissait paraître. C’est pour cette raison même que j’éprouvais de l’admiration à son égard.

Je me rendis compte avec un certain dépit que je disparaissais presque derrière les caisses. Parfois, j’enviais Sano et Shinpat’ pour leur taille…

-Tu penses que tu pourrais regrouper tes hommes dans la salle commune? C'est justement les haoris de ton unité que je rapporte. Le tien est... euh... à quelque part dans l'une de ses caisses...

Quelque part dans… Pourquoi était-il à part ? C’était une forme de discrimination ?

J’observais la rougeur sur les joues de Katsu, intrigué par cette gêne soudaine, et aussi amusé car je trouvais ça mignon.

-Pas de problème, je vais les bouger après avoir posé tout ça ! Lançais-je avec enthousiasme.

J’emboîtais le pas de Katsu, qui connaissait bien le chemin, jusqu’à la salle commune, veillant à ne pas m’étaler de tout mon long sur le sol.

Elle m’ouvrit le shoji et je m’y engouffrais avec les caisses, mon regard accrochant son sourire au passage.

-Je vais vous attendre ici, tu peux déposer les paquets. Je vais les vérifier à nouveau...

-Merci, Katsu-chan ! Je vais les chercher !

Je lui souris avant de quitter la pièce en courant, parcourant l’extérieur du QG à la recherche de ma division. Je savais qu’une partie s’entraînait certainement.

Au passage, j’envoyais un gars, qui balayait la cour, apporter du thé à Katsu afin de patienter. 

En arrivant devant la chambre d’Hijikata, je ralentis jusqu’à me mettre à arpenter l’engawa sur la pointe des pieds. Si je faisais du bruit dans ma course, alors que ce dernier écrivait ses (ridicules) haikus, il allait encore piquer une gueulante. Comme si nous étions coupables du fait que ce qu’il écrive soit aussi nul…

Tiré de mes réflexions par un bruit proche, j’aperçus mes hommes un peu plus loin, s’entraînant avec acharnement pour certains, tandis que quelques uns tiraient au flanc, assis sur l’engawa… Ceux-là, ils ne paieraient rien pour attendre ! Enfin, je n’avais pas le temps de les réprimander, Katsu allait nous attendre sinon.

-Yosh ! La huitième division ! On nous attend dans la salle commune ! Nishimura-san est là pour les haori, donc comportez-vous bien, les gars, c’est clair ?

Ils répondirent oui en chœur, rangeant leurs kodachi en bois. L’un d’eux prit quelques secondes pour se recoiffer, et je lui tapais la tête au passage.

-N’en fais pas trop,lui dis-je en faisant la moue.

Quelques murmures me parvinrent, alors et je n’eus pas à tendre l’oreille plus que cela pour les entendre :

-Todo-san est toujours plus autoritaire quand Nishimura-san vient ici.

Hein ? C’était vrai ça ? Je tentais de ne pas afficher ma surprise, conservant mon attitude de capitaine.  Bien entendu, je n’étais pas strict avec mon unité comme Hijikata ou Saitô avec la leur. Je comptais sur ce que je savais faire et sur le soutien que je pouvais leur apporter afin de gagner leur confiance. Je savais que pour être crédible, on attendait toujours de me voir au combat. D’autres en revanche, en imposaient au simple regard. Nul besoin de préciser qui…

Pour moi c’était différent. J’étais le plus jeune, et… j’étais –un peu- plus petit. Forcément, hausser le ton ou fusiller du regard ne marchaient pas trop. Cela ne me dérangeait pas plus que ça, car j’aimais me battre. J’avais souvent l’occasion de prouver ce que je valais. Cela me suffisait.

Une fois tout le monde réuni, après de longues minutes à rassembler ce fameux tout le monde, nous primes le chemin de la salle commune, les hommes faisant un peu (beaucoup ?) de bruit.

Arrivés dans ladite salle, je fis un signe à Katsu, tandis que les soldats se postaient en rang.

-Voilà les bestiaux, lançais-je en riant.

Ils saluèrent formellement Katsu en s’inclinant, certains le sourire aux lèvres. Je levais les yeux au ciel, me rappelant à quel point il pouvait être « dangereux » d’amener une femme ici. Les gars n’étaient pas de mauvais bougres, ni des bêtes affamées, mais notre vie exigeait des sacrifices qui les rendaient parfois un peu… lourds, avec la gent féminine.

Je souris de nouveau, me plaçant à côté de Katsu pour éviter ce genre d’attitude. La couturière ne venait pas souvent ici, mais elle avait l’habitude de côtoyer des guerriers. Elle ne se laisserait pas marcher sur les pieds.

-La huitième division est au complet, Katsu-chan ! Tu as pu vérifier tout ce que tu voulais ?

Je cherchais du regard mon haori, me demandant toujours pourquoi il n’était pas avec les autres.

-J’espère que tu n’as rien à voir avec Hijikata-san aujourd’hui, il n’est pas de très bonne humeur.

Je ris légèrement, lui adressant un clin d’œil complice, elle qui connaissait les sauts d’humeur de notre démoniaque vice-capitaine. Je me gardais bien en revanche de lui expliquer que j’étais l’une des raisons de cette mauvaise humeur.  

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsu
Katsu


avatar
Messages : 143
Age : 170
Localisation : à quelques rues du QG du Shinsengumi
Commentaires : Tu es le seul à avoir compris ma douleur et à m'en avoir sorti. Tu n'es ni le plus grand des Samouraïs, ni le plus fort. Mais, Heisuke, c'est toi qui s'est emparé de mon coeur, et ce, sans même combattre pour l'avoir.

MessageSujet: Re: De fil en aiguille [Pv Katsu]   Dim 16 Juin - 16:31

-Pas de problème, je vais les bouger après avoir posé tout ça !

Il posa les paquets là où je lui avais indiqué et me dit :

-Merci, Katsu-chan ! Je vais les chercher!
Je répondis à son sourire, juste avant qu’il ne quitte la salle commune en courant. Il allait finir par se blesser...

Quelques temps après son départ, un autre membre du Shinsengumi arriva, avec une tasse de thé dans les mains.

-C’est Todo-san qui m’envoi...
Je lui pris la tasse des mains et le remerciait. L’homme repartit gauchement de la pièce...

Pourquoi fallait-il qu’ils soient, pour la plupart, intimidé par la présence d’une femme? Ça devenait rageant parfois.

Je commençai à sortir les haoris des caisses et je m’assurai que le nom de chaque propriétaire était bien écrit à l’encre sur un petit bout de tissu et  épinglé dans le col. Ce n’était pas vraiment utile, puisque la plupart des haoris n’étaient qu’en taille unique, mais ça m’aidait au moins à ne pas me tromper de division et à ne pas en oublier...

Après quelques minutes, j’entendis au loin un raffut pas possible. Ils arrivaient.
Le shôji s’ouvrit, laissant passer Heisuke et le reste de sa division. Le capitaine me salua et je lui souris en retour. Ses hommes se placèrent en rang. Une chance qu’ils étaient tous très bien discipliné..

-Voilà les bestiaux.

Ils me saluèrent en s’inclinant, mais je perçu le sourire de certains. Je me retiens de soupirer. J’avais pris l’habitude de certaines de leurs remarques, comme qui dirait, déplacées, ou de leurs sourires et de leurs gestes, parfois étranges. Je ne faisais que les ignorer. Je me rappelais qu’au début, je rougissais pour un rien...

Heisuke-kun se plaça à mes côtés. Malgré sa petite taille, bon d’accord il était plus grand que moi, il savait se faire respecter et c’est ce que j’admirais chez lui.

-La huitième division est au complet, Katsu-chan ! Tu as pu vérifier tout ce que tu voulais ?
J’hochai la tête. Oui, j’avais les haoris de tout le monde. Je remarquai le regard curieux du capitaine. Cherchait-il le sien, par hasard?  

-J’espère que tu n’as rien à voir avec Hijikata-san aujourd’hui, il n’est pas de très bonne humeur.

Heisuke rigola légèrement, avant de me faire un clin d’œil. Si un jour, Hijikata-san était de bonne humeur, j’allais l’inscrire à mon calendrier!


Je lui souris à nouveau et dis :
-Oui, je n’ai rien oublié, pour une fois... Mais dit-moi, qu’est-ce que le trio comique à encore fait pour énerver Hijikata-san?

Je me retiens de l’impliquer seulement lui. Je savais que Sano-san et Shinpat-san avait quelque chose à avoir là-dedans...
Je m’arrêtai quelques secondes, avant de me mordre la lèvre et de lui dire :

-À moins qu’il ne soit encore en colère à cause de l’aiguille que Rin avait oublié dans son hakama...

Les rangs de soldats furent parcourus d’un rire. Je ne voulais surtout pas savoir quelle image c’était formée dans leurs esprits.
Je croisai les bras sur ma poitrine et je dis :

-Vous les voulez vos haoris ou pas?
Ils se turent immédiatement. C’était déjà mieux...

J’attrapais le premier de la pile que j’avais fait et j’appelais le nom écrit sur l’étiquette. Le soldat s’avança et je restai neutre devant son sourire, tout en lui tendant le vêtement soigneusement plié, après avoir retiré l’aiguille et l’étiquette.
Je continuai ainsi jusqu’à ce que j’aie appelé le dernier nom. Je me tournai en direction d’Heisuke-kun et lui souris :

-Il ne reste plus que le tien....
-On garde toujours le meilleur pour la fin, pas vrai, Nishimura-san?

Un autre rire parcourut l’assistance. Je ne relevai pas la remarque et je répondis, acerbe :

-Avez-vous encore affaire avec moi? Parce que si non, retournez vous entrainer! On n’a pas besoin de paresseux pour protéger Kyoto!
Ayant tous parfaitement compris le message, ils sortirent sans discuter. Subir les éclats de colère d’une femme, très peu pour eux, déjà qu’ils avaient Hijikata-san...

Lorsque le dernier eut refermé le shôji derrière lui, je ne pu m’empêcher de rire. Je jetais un regard au capitaine, tout en continuant de rigoler. J’essuyai une larme au coin de mon œil et marmonnai :
-Je suis plus fatiguée que je ne l’aurais cru...

Je fis signe à Heisuke-kun et lui dis :
-Le tien est dans ma boite à couture. C’est le dernier que j’ai finit et les jumelles avaient déjà emballés les autres...

J’ouvris ma boite de matériel et sortit le vêtement. Je lui tendis, parfaitement plié, avec le cordon des gradés noué tout autour. Je me retiens de rougir. Plutôt que de lui faire une étiquette, comme pour tous les autres, j’avais délicatement brodé son nom à l’intérieur de son col...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tsuki2608.skyrock.com
Todo Heisuke
Todo Heisuke


avatar
Messages : 23
Localisation : officiellement au QG du Shinsengumi...

MessageSujet: Re: De fil en aiguille [Pv Katsu]   Mer 26 Juin - 19:41

-Oui, je n’ai rien oublié, pour une fois... Mais dit-moi, qu’est-ce que le trio comique à encore fait pour énerver Hijikata-san?

Je pris un air innocent, me demandant quand même de quelle façon Katsu avait pu déduire que le trio comique était coupable ? Elle était drôlement perspicace !

-À moins qu’il ne soit encore en colère à cause de l’aiguille que Rin avait oublié dans son hakama...

J’avais mal pour le vice-capitaine… Mais d’un autre côté, cela me rassurait de savoir que je n’étais pas la seule source de sa mauvaise humeur.
Quand même, ce devait être bien comique d’imaginer Hijikata-san, le démoniaque vice-capitaine, en train d’enfiler son hakama, avant que…


Mes hommes se mirent à rire, sûrement en visualisant la même image que moi. Je me mordis les joues pour rester sérieux, car venant d’un capitaine, cela ferait mauvais pour l’image. D’autant plus que Katsu se trouvait là. Si je me mettais à m’esclaffer –c’était pas l’envie qui me manquait- elle allait se poser des questions.

-Vous les voulez vos haoris ou pas?

Je me raclais la gorge, reprenant mon sérieux immédiatement, et jetant aux hommes un regard réprobateur. Je pus remarquer que Katsu avait quand même beaucoup d’impact puisqu’ils se turent aussitôt.

-Katsu-chan, tu veux devenir capitaine ? Soufflais-je, avant de me rendre compte qu’elle attrapait le premier haori de la pile.

Tandis qu’elle remettait à chacun leur vêtement neuf, je me tenais en retrait, les mains croisés dans le dos, attendant que vienne mon tour. Je me demandais toujours pourquoi mon haori se trouvait à l’écart. Etait-il rejeté parce qu’il était plus petit que les autres ? Ah non, ça c’est moi…

Bon, j’exagérais un peu en pensant cela, puisque je n’étais pas vraiment rejeté. Mais Shinpat’ et Sano étaient vraiment exaspérant lorsqu’ils me charriaient sur ma taille ! Le pire restait quand même les moments où ils me traitaient de gamin ! Grrr, ces deux vieux !

Le visage de Katsu tourné vers moi me tira de mes protestations mentales, alors que je tentais d’envoyer des ondes noires à mes deux compagnons de beuverie.

-Il ne reste plus que le tien....

-On garde toujours le meilleur pour la fin, pas vrai, Nishimura-san?

Je tournais la tête vers celui qui venait de prendre la parole, sentant mes joues chauffer. Qu’est-ce que c’était que ces allusions dignes de Shinpat ou de Sano ?!

Je m’apprêtais à les virer, histoire de ne pas embarrasser Katsu… et aussi pour me donner contenance, lorsque la jeune fille prit les devants :

-Avez-vous encore affaire avec moi? Parce que si non, retournez vous entrainer! On n’a pas besoin de paresseux pour protéger Kyoto!

Comme s’il s’était agi d’un ordre d’Hijikata-san, ma faction s’éclipsa, la tête basse, refermant le shoji derrière eux. Ah ils n’en menaient pas larges face à une demoiselle ! Et ça se dit samouraï ! Cette pensée m’arracha un sourire, avant que je ne me tourne vers Katsu… qui s’était mise à rire subitement !

Elle me regarda en riant de plus belle, et je restais interloqué, me demandant ce qu’il y avait de si drôle. Néanmoins, cela me dit plaisir de la voir de bonne humeur.

-Je suis plus fatiguée que je ne l’aurais cru... Le tien est dans ma boite à couture. C’est le dernier que j’ai finit et les jumelles avaient déjà emballés les autres...

Je jetais un œil au vêtement qu’elle me tendit, le prenant entre mes mains. Maintenant, je comprenais mieux pourquoi il était mis à l’écart avec ce qu’elle venait d’expliquer… Oui je sais, j’avais l’air de faire une fixette là-dessus !

Soudain, mon regard accrocha l’étiquette… ou plutôt l’endroit où devrait se trouver l’étiquette, comme pour les autres. A la place, je remarquais que mon nom avait été brodé à l’intérieur du col. Le travail était admirablement bien fait et mes yeux s’écarquillèrent, brillant de joie.

-Wouah !! Katsu-chan, c’est toi qui as fait ça ?! C’est magnifique !

Je relevais le haori à hauteur de mon visage pour mieux regarder l’inscription brodée, avant de sautiller sur place, le poing levé fièrement en l’air.

-Shinpat-san et Sano-san vont être jaloux !

Tout content, je pris ses mains dans les miennes avec un grand sourire dans un élan d’enthousiasme.

-Pour te remercier, je t’invite à manger !

Soudain, je me rendis compte que je tenais ses mains. Je piquais un léger fard, car je n’avais pas fait attention à mon geste. Je me grattais nerveusement la tête, ébouriffant légèrement mes longs cheveux.

-Hem… Enfin… Si tu es d’accord, bien sûr…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsu
Katsu


avatar
Messages : 143
Age : 170
Localisation : à quelques rues du QG du Shinsengumi
Commentaires : Tu es le seul à avoir compris ma douleur et à m'en avoir sorti. Tu n'es ni le plus grand des Samouraïs, ni le plus fort. Mais, Heisuke, c'est toi qui s'est emparé de mon coeur, et ce, sans même combattre pour l'avoir.

MessageSujet: Re: De fil en aiguille [Pv Katsu]   Dim 30 Juin - 22:37

Il me prit le vêtement lorsque je lui tendis et son regard se fixa sur l’étiquette... en tout cas, il se posa sur l’absence d’étiquette. J’étais en plein dilemme. Est-ce que j’aurais dû faire cette broderie ou pas? Je me mordillai la lèvre en tentant de me rappeler ce qui m’avait poussé à le faire.

-Wouah !! Katsu-chan, c’est toi qui as fait ça ?! C’est magnifique !

Devant son engouement, je retiens un soupir de soulagement. J’opinais doucement de la tête et il leva le vêtement à la hauteur de son visage. Il se mit soudainement à sautiller sur place, le poing en l’air et je ne pu retenir un éclat de rire. Son enthousiasme et son énergie étaient contagieux et je sentis une bouffée de joie m’envahir.

-Shinpat-san et Sano-san vont être jaloux !

Oh, oui! Ils allaient me faire toute une scène... Je ne voulais même pas imaginer les blagues qu’ils allaient me sortir sur les sentiments que j’éprouvais pour leur jeune compagnon de beuverie... Je sentis mes joues me chauffer sous cette pensée.

Dans son élan il attrapa mes mains entre les siennes, avec son éternel sourire. La pensée fugace que ses mains s’emboitaient parfaitement dans les miennes traversa mon esprit. Elles étaient douces, mais je pouvais en sentir la puissance au travers de sa poigne. Des mains de guerrier...  

-Pour te remercier, je t’invite à manger !

Je restai muette pendant quelques secondes le temps que mon esprit se remette de l’information. J’avais le cœur qui débattait dans ma poitrine et j’espérai juste qu’il ne l’entendrait pas.

Je remarquais à peine le rougissement des joues d’Heisuke-kun, tant j’étais occupé à calmer les miennes. Il les lâcha prestement et se gratta l’arrière de la tête, nerveusement.

-Hem… Enfin… Si tu es d’accord, bien sûr…

Je regardai le plancher à ma gauche, tout en jouant distraitement avec ma joue du bout de mon ongle. J’acquiesçai timidement, n’en revenant toujours pas. Je venais réellement de me faire inviter par Heisuke-kun? J’espérais juste que je n’étais pas en train de rêver et si c’était le cas, je tuais celui ou celle qui allait me réveiller...

Je relevai soudainement la tête pour le regarder et m’exclamai :

-Tu veux aller en ville? Comment tu vas passer Hijikata-san?

Moi ça ne posait pas vraiment de problème, je ne vivais pas au quartier général et je pouvais aller et venir à peu près comme je le voulais. Mais si le démoniaque vice-capitaine était en colère et de mauvaise humeur en plus, il ne voudrait probablement pas que ses capitaines quittent le QG en douce, sans avoir une bonne raison de...

Mon regard venait de se poser sur ma boite à couture et sur les caissons en bois qui avait contenu les haoris. Je fis un sourire espiègle au capitaine. Décidément, le trio comique m’influençait peut-être un peu trop...

Je ris et dis, en prenant des caissons dans mes mains :

-Si tu m’accompagnes jusqu’à la boutique avec ça, ceux qui nous verrons croiront que tu ne fais que m’aider... Et puis, c’est un peu vrai, en plus.

Je lui souris. Pour le fait qu’il rentre plus tard au QG, je trouverais bien une excuse plus tard, j’y réfléchissais...

En réalité, Natsume m’avait dernièrement appris un sortilège qui me permettait d’alléger n’importe quelle charge... C’était pour ça que j’avais réussi à transporter tout ça de ma boutique jusqu’à Mibu.
Parce qu’en réalité, ces foutus caissons pesaient une tonne...

Je soulevais ma caisse à couture et enfilais les ganses. Je m’assurai qu’elle était bien en place sur mon dos et j’ouvris le shôji, avant de prendre deux caissons sur les six que j’avais apportés.

Je souris à Heisuke-kun et je dis :

-Tu viens?

Intérieurement, je ne tenais plus en place. J’aurais sautillé sur place comme une gamine, mais j’avais trop de fierté pour me laisser aller de la sorte. Ça me venait probablement de ma famille magicienne... Ils sont tous trop coincés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tsuki2608.skyrock.com
Todo Heisuke
Todo Heisuke


avatar
Messages : 23
Localisation : officiellement au QG du Shinsengumi...

MessageSujet: Re: De fil en aiguille [Pv Katsu]   Mar 30 Juil - 10:54

Spoiler:
 

-Tu veux aller en ville? Comment tu vas passer Hijikata-san?

Euh… Je n’y avais pas vraiment songé. Katsu-chan brisait un peu mon enthousiasme, mais elle avait raison. Je ne pensais jamais à ce genre de détail, et il ne faudrait pas que je l’implique, elle, dans mes « différents » avec le démoniaque vice-capitaine. D’un autre côté, Hijikata-san s’acharnait toujours sur moi, quel que soit le coupable réel… Shinpat et Sano échappaient sans cesse aux réprimandes, parce qu’à chaque fois, j’avais un cran de retard.

Finalement, je captais le sourire espiègle de Katsu-chan. Ce n’est pas drôle, Katsu-chan… Mais, c’était tout de même une expression que j’aimais beaucoup chez elle.

-Si tu m’accompagnes jusqu’à la boutique avec ça, ceux qui nous verrons croiront que tu ne fais que m’aider... Et puis, c’est un peu vrai, en plus.

Je posais mon regard sur les caisses, visualisant la scène dans ma tête, avant d’éclater de rire. Mais oui ! Quel plan diabolique !

-Wouah, Katsu-chan, tu devrais venir avec Shinpat, Sano et moi ! A nous quatre, on s’en sortirait mieux pour éviter Hijikata-san !

Enfin… eux s’en sortaient plutôt bien. Il faudrait que Katsu reste avec moi plutôt. Une idée qui ne me déplaisait pas… 

Katsu prit sa charge à elle, tandis que je constatais que les quatre caissons là par terre semblaient m’être destinés. Je me retroussais les manches… au sens figuré, parce que je n’en ai pas, et attrapais mon « fardeau ». Haha ! C’était un boulot d’homme ça ! Je me gardais de le formuler à haute voix, car je savais que Katsu n’aimerait pas que je dise ça. Pourtant, je ne pouvais me défaire de l’idée qu’un homme se devait de protéger une femme. J’avais beau être jeune, je devais avoir un esprit de vieux, sûrement.

-Tu viens?

-Hein ? Ah oui, oui, j’arrive !

Je souris, lui emboîtant le pas. J’étais content de pouvoir quitter le quartier général du Shinsengumi. Avec les entraînements, on ne s’ennuyait pas, mais cette vie avait quelque chose de lassant à la longue. Surtout quand on ne faisait rien d’autre que d’attendre. Et puis, la présence de Katsu était rafraichissante.

  Sortir du quartier général ne fut pas malaisé, au contraire. Non pas parce que mes camarades me voyaient passer avec une très bonne excuse dans les bras. C’est tout simplement qu’on ne me distinguait plus derrière les caisses…

Une fois dans les ruelles, je baissais un peu mes bras et tournais la tête vers Katsu, juste à côté de moi.

-Pour ma part, je pourrais avaler n’importe quoi ! Mon estomac est devenu une véritable armure après avoir expérimenté la nourriture de Souji !

Je ris en repensant aux plats toujours trop épicés ou trop salés de ce dernier. Souji était vraiment doué pour le combat, mais question cuisine, il devrait rester à plus de trois mètres d’une casserole, au moins.

Je pris soudainement un air plus sérieux, fixant mon regard sur la route devant nous… si tant est que je puisse voir à travers les caissons.

-Katsu-chan ? Cela t’est déjà arrivé de ressentir l’envie de changer de vie ? De te dire que le chemin que tu as choisi est peut-être différent de ce que tu imaginais au départ ?

Je me repris soudainement en rougissant légèrement, et si j’avais eu les mains libres, je les aurais secoué dans tous les sens pour passer à autre chose. Pourquoi est-ce que je lui disais cela ? J'allais l'ennuyer avec mes réflexions idiotes.

-Ah, ne m’écoute pas ! Ce ton sérieux n’est pas approprié pour une sortie en ville ! Alors, que veux-tu manger ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsu
Katsu


avatar
Messages : 143
Age : 170
Localisation : à quelques rues du QG du Shinsengumi
Commentaires : Tu es le seul à avoir compris ma douleur et à m'en avoir sorti. Tu n'es ni le plus grand des Samouraïs, ni le plus fort. Mais, Heisuke, c'est toi qui s'est emparé de mon coeur, et ce, sans même combattre pour l'avoir.

MessageSujet: Re: De fil en aiguille [Pv Katsu]   Mar 6 Aoû - 16:22

-Hein ? Ah oui, oui, j’arrive !

Je souris, alors qu’il m’emboitait le pas. Tout en marchant, je repensais à ce qu’il avait dit un peu plus tôt... Je ne sais pas si c’était une bonne idée d’aller avec le trio comique à Shimabara. Je n’arriverais probablement pas à suivre leurs rythmes et je finirais par m’effondrer sur la table après ma première bouteille. Je ne tenais pas l’alcool.

Surtout qu’il parait que je raconte des imbécilités dans ces cas-là...

...

Il ne faudrait pas que je me mette à faire des démonstrations de magie.

Je sortis plutôt facilement du quartier général et Heisuke aussi d’ailleurs. Il semblait bien que mon stratagème fonctionnait.  Je retiens un rire lorsque je tournais la tête en direction de mon capitaine, remarquant qu’on ne le voyait pratiquement plus... J’avais l’air de ça à mon arrivée?

Je continuai à marcher jusqu’aux ruelles, c’était un raccourci et au moins, on ne passerait pas par l’artère principale, toujours trop achalandé...

-Pour ma part, je pourrais avaler n’importe quoi ! Mon estomac est devenu une véritable armure après avoir expérimenté la nourriture de Souji !

Je ne pus m’empêcher de rire. Je n’avais goûté qu’une fois aux plats de Souji et c’était... Bref, si c’était lui qui cuisinait et que Kondo-san m’invitait, je déclinais toujours l’invitation, en prétextant une urgence dans tel ou tel maison de thé où un kimono s’était endommagé...

Du coin de l’œil, je continuai de regarder Heisuke, connaissant le chemin devant moi pratiquement par cœur. Je remarquai l’expression sérieuse qu’il prit soudainement et je me demandai bien à quoi il pouvait penser...

-Katsu-chan ? Cela t’est déjà arrivé de ressentir l’envie de changer de vie ? De te dire que le chemin que tu as choisi est peut-être différent de ce que tu imaginais au départ ?

Je m’arrêtai de marcher, surprise.

Oui, j’y avais déjà songé... Lorsque mon père était mort et lorsque je suis retournée voir ma mère après toutes ses années, mais... Mais quelque chose au fond de moi m’en avait empêché. Parce que...

Parce que j’aimais travailler pour le Shinsengumi, j’aimais vraiment faire des kimonos et travailler de mes mains. Certes, être fabricant de kimono n’était pas du tout ce que je pensais devenir lorsque j’étais enfant, avant cette fameuse nuit. Je croyais qu’à mon âge, j’allais déjà être mariée et mère...

-Ah, ne m’écoute pas ! Ce ton sérieux n’est pas approprié pour une sortie en ville ! Alors, que veux-tu manger ?

Je posai de nouveau mon regard dans sa direction et je recommençai à marcher. Heisuke me cachait quelque chose...

Une fois à sa hauteur, je lui souris doucement et dis :

- Du yakisoba, ça te dit?

C’était nettement mieux que la cuisine de Souji et puis, je réussirais bien à le faire parler de ce qui le tracassait un peu plus tard...

On arriva enfin au niveau de ma boutique. Je décidai de passer par la cour arrière et lorsque j’aperçus la petite palissade, je me plaçais devant Heisuke de façon à lui boucher la vue. Je me mis devant le loquet et je marmonnai quelques mots. La porte s’ouvrit d’elle-même, sous le coup du sortilège. C’était pratique d’être magicien lorsqu’on avait les mains pleines. Je m’assurai que le capitaine n’avait pas vue de quelle façon j’avais ouvert la porte et j’entrai dans le petit jardin.

J’enlevais mes getas une fois arrivée à l’engawa et j’entrai à l’intérieur, le shôji étant déjà ouvert. Je me retournai et sourit à Heisuke, l’invitant à faire de même.

-Tadaima!

Les voix des jumelles me répondirent en chœur :

-Okaeri!

Tient, Mimi-chan était encore sortie...

J’étais en train de déposer mes caissons sur le sol de l’atelier lorsque j’entendis un fracas provenant de l’escalier. Elles allaient finir par se rompre le cou à force de les descendre aussi rapidement...

Les deux filles s’arrêtèrent au pied de l’escalier, probablement surprise de me voir accompagnée.  Elles s’exclamèrent, encore une fois en même temps- comment faisaient-elles pour être aussi synchronisées?- :

-Bonjour Heisuke-san!

Je souris et dis :

-Les filles, je sors encore quelques heures vous pouvez vous occupez de la boutique?

Rin jeta furtivement des regards allant de moi à Heisuke et je ne pus m’empêcher de rougir légèrement. Elle fixa sa sœur qui sourit à son tour. Ah non! Je n'aime pas du tout ce sourire malicieux sur ton visage, Rin!

 D’un commun accord, elles m’empoignèrent chacune un bras et me tirèrent vers l’escalier. Kao se retourna et dit en riant :

-On te l’a ramène dans quelques minutes!

Je jetai un regard désolé en direction d’Heisuke et je me laissai pousser dans l’escalier, alors que les deux filles restèrent dans mon dos pour m’obliger à monter et surtout, pour m’empêcher de fuir.

Elles me murmurèrent à l’oreille :

-Il était à peu près temps qu’il t’invite, tu ne trouves pas?

-Fermez là, toutes les deux...

Je rougis encore plus pendant qu’elles gloussaient comme des gamines derrière moi.

Dans notre chambre commune, je lassais Rin me mettre un kimono et nouer un obi assorti, pendant que Kao attachait mes cheveux en un chignon sommaire. Lorsque les jumelles placèrent mon kanzashi dans mes cheveux, elles se déclarèrent satisfaite et elles m’aidèrent à redescendre prudemment les marches. Foutu long kimono...

-Pardon pour t’avoir fait attendre, Heisuke-san!

Je restai au pied de l’escalier, rougissante. Je n’avais pas l’habitude de porter des vêtements féminins et je ne me rappelai pas en avoir déjà porté au Shinsengumi.

Elles nous poussèrent tout les deux gentiment en direction du shôji et je réenfilais mes getas. Elles refermèrent la porte derrière nous et je dis, lorsque je fus certaine qu’elles s’étaient éloignées :

-Ne rit pas, je t’en pris...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tsuki2608.skyrock.com
Todo Heisuke
Todo Heisuke


avatar
Messages : 23
Localisation : officiellement au QG du Shinsengumi...

MessageSujet: Re: De fil en aiguille [Pv Katsu]   Mar 3 Sep - 10:36

- Du yakisoba, ça te dit?

J’hochais la tête, tout en lui rendant son sourire. N’importe quel repas m’allait, du moment que je le partageais avec Katsu-chan. Euh… à part peut-être la cuisine de Souji, cela allait de soi.

Nous arrivâmes jusqu’à la boutique, et je fus content à l’idée de pouvoir poser les caisses, histoire de retrouver un champ de vision normal.  

-Tadaima!

Je souris discrètement, tandis que les jumelles –que j’avais déjà croisé en venant ici- répondaient, puis posais mon fardeau avec un soulagement dissimulé. Des bruits précipités retentirent et en quelques secondes, les jumelles se trouvaient devant nous, l’air visiblement étonné en me découvrant.

-Bonjour Heisuke-san!

-Bonjour, vous deux !

-Les filles, je sors encore quelques heures vous pouvez vous occupez de la boutique?

Je dois dire que la réaction des jumelles réussit à me faire rougir, surtout leur regard insistant qui naviguait entre Katsu et moi. La lueur complice dans leurs yeux me mit quelque peu mal à l’aise, mais je fis bonne figure. J’étais certainement pris en flagrant délit par les deux jeunes filles. Elles se doutaient que j’avais invité Katsu-chan…

Mais à peine cette pensée me traversa t-elle l’esprit que les filles m’enlevaient Katsu. Je n’avais pas la permission ?

 -On te l’a ramène dans quelques minutes!

 Ah euh… c’était bon à savoir. J’esquissais un geste dans leur direction mais elles réussirent à s’éclipser, Katsu avec elles.

J’attendis donc patiemment, d’abord en restant parfaitement immobile, ensuite en jetant des coups d’œil un peu partout, et pour finir en faisant les cents pas, trépignant d’impatience. Comme à mon habitude, lorsque je ne suis pas à mon aise, je me grattais nerveusement la tête, sautillant sur place.

 -Pardon pour t’avoir fait attendre, Heisuke-san!

Je me tournais vers les jumelles avec un sourire, prêt à leur lancer que ce n’était rien, mais les mots restèrent bloqués dans ma bouche. En bas des escaliers, Katsu-chan se tenait en retrait, vêtue d’un kimono qui lui allait à ravir, au point que je me félicitais d’avoir posé les caisses, de peur de les avoir fait tomber sur mon pied, en la découvrant ainsi. Ses cheveux, relevés en chignon et ornés d’un peigne, mettaient en valeur son joli visage. Comme je restais bouche-bée, les jumelles nous poussèrent dehors, mais je n’y prêtais même pas attention, pas plus qu’au Souji… euh au shoujo… non au shoji –capacités mentales, revenez, s’il vous plait- qui s’était refermé, nous faisant comprendre qu’elles nous mettaient à la porte.

Je n’osais même plus regarder Katsu-chan, de peur d’être foudroyé.

-Ne ris pas, je t’en pris...

Je tournais la tête vers l’opposé, me mordant la lèvre. Je restais quelques secondes ainsi, essayant de prendre un air impassible, ce qui  ne marcha absolument pas, puisque je lui lançais :

-Katsu-chan, pourquoi dis-tu une chose pareille ?! Heureusement que j’ai gardé mon sabre avec moi, car je vais faire des jaloux !

Je lui jetais un coup d’œil avant de rougir, baissant les yeux vers mes pieds. Je devrais lui dire les choses autrement, je m’exprimais certainement mal. Rah ! Que dirait Sano dans un moment pareil ?! Une phrase bien amenée sur un ton doucereux et viril à la fois… Mais je ne sais pas faire ça ! Shinpat’ m’aurait conseillé quoi, lui ? Euh… non, en fait je ne veux pas savoir. Je ne voudrais pas que Katsu me déteste.

Je préférais rester moi-même, tant pis si je me conduisais de façon un peu gauche. 

-Katsu-chan est toujours très jolie, mais…

Je me plaçais devant elle, fixant mon regard dans ses yeux verts et lançant d’un ton très assuré, accompagné d’un sourire jovial :

-Mais je suis heureux que tu te sois habillée ainsi pour te promener avec moi ! Vraiment !

Katsu-chan semblait mal à l’aise dans ces vêtements qui lui allaient pourtant si bien, et elle devait certainement faire un effort pour rester ainsi. Je ne pouvais que faire en sorte qu’elle oublie sa tenue qui la dérangeait, en passant un bon moment. Même si elle n’était pas vêtue comme d’ordinaire, Katsu-chan restait Katsu-chan, c’est ce que je voulais lui faire comprendre.

-Yosh ! Allons manger ce yakisoba !  

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsu
Katsu


avatar
Messages : 143
Age : 170
Localisation : à quelques rues du QG du Shinsengumi
Commentaires : Tu es le seul à avoir compris ma douleur et à m'en avoir sorti. Tu n'es ni le plus grand des Samouraïs, ni le plus fort. Mais, Heisuke, c'est toi qui s'est emparé de mon coeur, et ce, sans même combattre pour l'avoir.

MessageSujet: Re: De fil en aiguille [Pv Katsu]   Mer 18 Sep - 2:24

Je remarquai fugacement qu’il semblait aussi mal-à-l’aise que moi...
Je n’aurai peut-être pas dû laisser les filles m’habiller ainsi et...

-Katsu-chan, pourquoi dis-tu une chose pareille ?! Heureusement que j’ai gardé mon sabre avec moi, car je vais faire des jaloux !

Je ne pu m’empêcher de rougir fortement et de laisser échapper un rire léger, pendant qu’Heisuke fixait ses pieds. Sans même le savoir, il savait toujours quoi dire pour chasser mes soucis. Au moins, je savais qu’en restant avec lui ce soir, je ne penserais pas à mon travail, pour une fois...

-Katsu-chan est toujours très jolie, mais…

Il se plaça devant moi et dit, tout en souriant, de ce sourire qui me faisait complètement fondre et qui était drôlement contagieux :

-Mais je suis heureux que tu te sois habillée ainsi pour te promener avec moi ! Vraiment !

Je rougis de nouveau,- sérieusement j’avais l’air d’une gamine- et je souris à mon tour.

-Yosh ! Allons manger ce yakisoba !

Je laissai s’échapper un rire et je lui empoignai la main, le menant en direction de la rue. Une fois sur l’avenue, je lui pointais une direction et dis :

-Il y a un bon marchand ambulant de yakisoba par là-bas, habituellement...

Mais s’il n’était pas à son endroit habituel, je savais qu’il y avait quelques bons restaurants dans le coin...

-Merci, Heisuke-kun... Je suis heureuse qu'il te plaise... Et puis, c'est quand même moi qui l'a fait!

Je souris, tout en riant. Certes, il n'équivalait pas ceux des Oirans en fioritures ou en talent artistique, mais je l'aimais quand même dans sa simplicité.

Je continuai de marcher, tout en commençant à décrire certaines saveurs de plat de yakisoba que j’avais déjà vue dans le kiosque. En réalité, je parlais de nourriture parce que je ne savais réellement pas quoi parler d’autre...

Je pourrais bien sur aborder le sujet «Hijikata», mais s’était peut-être pas le moment.

Je me rendis soudainement compte que je tenais quelque chose de chaud et je compris que je tenais toujours la main d’Heisuke dans la mienne. Mes joues reprirent leur teinte rosées qu’elles semblaient vouloir garder pour toute la soirée et je lâchais sa main, certes avec regret :

-Pardonne-moi, je...

Je ne m’étais pas rendue compte que tenir ta main était aussi agréable? Non, ça ne le ferait vraiment pas...

Je ne pus m’empêcher de me trouver un peu bête. J’aurais dû en profiter plus longtemps...

Gêner, je portais mon regard sur la gauche et je captais fugacement un éclat bleuté. Je réalisais rapidement que j’avais le regard fixé sur un haori du Shinsengumi. Une division en patrouille!

Je me rapprochais rapidement du capitaine à mes côtés et je tirai légèrement sur sa manche violette pour attirer son attention :

-Heisuke-kun, c’est le bantaï de Sanjyuro-san !

Je ne connaissais pas très bien le capitaine de la 7e division, mais je savais que c’était une vraie pipelette et qu’il irait tout raconter à Hijikata si jamais il nous voyait, même si personne n’arrivait à battre Saito-san dans ce domaine...

Je me plaçai dos à la patrouille qui passait, tentant de dissimuler quelque peu celui qui m’accompagnait et continuai, en murmurant du bout des lèvres :

-Qu’est-ce qu’on fait?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tsuki2608.skyrock.com
Todo Heisuke
Todo Heisuke


avatar
Messages : 23
Localisation : officiellement au QG du Shinsengumi...

MessageSujet: Re: De fil en aiguille [Pv Katsu]   Dim 27 Oct - 23:05

Katsu m’indiqua qu’un ambulant yakisoba marchait par là. Du moins c’est ce que mon cerveau avait compris -ce qui n’était tout de même pas très cohérant- alors que la jeune fille me prenait la main pour m’entraîner à sa suite. Mes capacités de réflexion avaient décidé de se rebeller, tel Shinpachi face au règlement strict d’Hijikata-san. J’en viens à me demander si c’est réellement une bonne idée de comparer mes neurones à Shinpat’… Non pas qu’il soit idiot, mais résolument bourrin oui.

La main de Katsu semblait petite dans la mienne, presque fragile si la pression exercée par ses doigts n’était pas si ferme. La main d’une personne indépendante. Je n’en attendais pas moins d’elle. C’est ce qui me plaisait chez Katsu. J’avais envie de la protéger de n’importe quel danger, mais je savais que pour y prétendre, je devais constamment chercher à m’améliorer, à devenir meilleur.

-Merci, Heisuke-kun... Je suis heureuse qu'il te plaise... Et puis, c'est quand même moi qui l'a fait!

-Il n’a donc rien à envier aux autres.

Pendant que nous cheminions, je l’écoutais parler des saveurs de yakisoba, me demandant si elle était réellement passionnée par cela ou s’il s’agissait simplement d’une façon de faire la conversation. En tant que guerrier, je n’avais pas tellement l’habitude de discuter de sujets autres que la guerre ou la vie au quartier général. Les futilités que nous échangions, agrémentées de plaisanteries, n’avaient pour but que de nous distraire du rude quotidien. Je n’avais pas du tout l’habitude de converser avec des jeunes filles, plus raffinées que Sano et son ventre ou Souji et ses farces à répétition. A la limite, seul Hijikata-san pourrait prétendre à plus de délicatesse, si ses haïkus n’étaient pas si désolants. De vrais navets.

J’écoutais donc Katsu attentivement, ajoutant quelques remarques ou exclamations enthousiastes sur la nourriture qu’elle me décrivait.

Toutefois, je la sentis se troubler, et j’eus du mal à en comprendre la raison, dans un premier temps. En fait, je n’eus la réponse qu’en constatant qu’elle venait de me lâcher la main, ce que je regrettais presque aussitôt. J’avais fini par m’accoutumer très rapidement à ce contact chaud et discret.

-Pardonne-moi, je...

J’allais lui dire que ce n’était rien, cherchant comment formuler mes mots, car « ce n’est pas grave, redonne-moi ta main, d’ailleurs » était un peu cavalier. J’enviais Sano et son aisance naturelle avec la gent féminine, et je me rassurais seulement en me disant que Saito devait certainement être pire que moi. Seulement lui, il avait le physique qui rattrapait. En gros, je devrais arrêter de chercher à me rassurer…

Katsu tira sur ma manche, et je me tournais vers elle, alarmé par son air inquiet. Quelque chose n’allait pas.

-Heisuke-kun, c’est le bantaï de Sanjyuro-san !


Je retins un juron. Sanjuy… Sajyuro… Sanjyiu… Machin –rien à faire, je n’avais jamais réussi à dire son nom correctement- était donc en patrouille ! Rah j’aurais dû me renseigner auparavant ! Trop content de pouvoir passer du temps avec Katsu, je n’avais pas pris en compte l’hypothèse qu’un de mes « camarades » puissent passer par là. Et comme je n’entretenais pas de liens particulièrement amicaux avec lui, il risquait de tout rapporter à Hijikata-san. Heureusement que j’avais le goût du risque…

-Qu’est-ce qu’on fait?

Vu qu’ils fouinaient un peu partout, il n’y avait pas énormément de possibilités. Je saisis la main de Katsu avec un clin d’œil.

-Tu me permets de reprendre ceci un instant ?

Sans vraiment attendre de réponse, je l’entraînais à ma suite, tout en veillant à ne pas courir trop vite, au cas où les vêtements de Katsu entraveraient sa course. Le problème c’est que courir en kimono n’était effectivement pas pratique, et que la patrouille risquait de nous apercevoir, de là où elle se trouvait. Il n’y avait pas une minute à perdre ; je devais me montrer réactif, ce qui faisait heureusement partie de mes compétences.

Je m’arrêtais brusquement.

-Je suis vraiment désolé pour ça, dis-je en Katsu, sans m’expliquer davantage.

L’attrapant par la taille, je la hissais sans difficulté sur mon épaule, et repris la course. Autre compétence : j’étais rapide. Disparaissant derrière un bâtiment, nous fûmes hors de portée de la patrouille. Je vérifiais que cette dernière ne nous avait pas suivi, avant de me tourner, constatant que les passants nous dévisageaient d’un drôle d’air. Il devait se demander pourquoi je tenais Katsu ainsi, ce qui était assez légitime, avouons-le. Et je ne voulais pas qu’il rameute la patrouille en croyant que j’étais un pervers ou je ne sais quoi.

-Hem… Tout va bien, c’est… c’est ma femme ! Tout va bien…

Les passants haussèrent les sourcils, tout en se désintéressant de la scène. Certains secouèrent la tête, en parlant de la jeunesse insouciante ou quelque chose comme ça. Pendant ce temps, je reposais doucement Katsu à terre, avant de regarder avec attention mes pieds, me grattant la tête nerveusement, un tic dont je n’arrivais pas à me défaire. Finalement, je baissais la tête pour demander pardon.

-Désolé pour tout ça ! C’est de ma faute si on a dû s’enfuir, et en plus tu devais être mal à l’aise ! Mais je ne voulais pas que tu sois impliquée et que le Shinsengumi te reproche quoi que ce soit. Pour moi, c’est différent, j’ai l’habitude d’être sermonné par Hijikata-san…

Je jetais un regard sur le côté, sans oser regarder Katsu. J’espérais que ça ne lui avait pas coupé l’appétit ou qu’elle ne me détesterait pas pour cela.

-Et… désolé pour ce que j’ai dit, qui a dû t’embarrasser. Je n'ai pas vraiment réfléchi... 

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsu
Katsu


avatar
Messages : 143
Age : 170
Localisation : à quelques rues du QG du Shinsengumi
Commentaires : Tu es le seul à avoir compris ma douleur et à m'en avoir sorti. Tu n'es ni le plus grand des Samouraïs, ni le plus fort. Mais, Heisuke, c'est toi qui s'est emparé de mon coeur, et ce, sans même combattre pour l'avoir.

MessageSujet: Re: De fil en aiguille [Pv Katsu]   Dim 3 Nov - 22:40

Heisuke attrapa ma main avec un clin d’œil et je me retiens de rougir comme une adolscente.

-Tu me permets de reprendre ceci un instant ?

Comme si j’allais refuser...

Il m’entraina à sa suite, alors que mes getas en bois faisaient un tapage d’enfer sur le sol dallé de la rue. Même à cette vitesse, j’avais du mal à suivre dans mon long kimono, j’avais constamment l’impression que j’allais chuter vers l’avant...

-Heisuke-kun... attends je...

Mais il ne sembla pas m’entendre et il continua de courir jusqu’à ce qu’il s’arrête brusquement. Je réussis tant bien que mal à ne pas le percuter

-Je suis vraiment désolé pour ça.

J’allais demander pourquoi il souhaitait s’excuser, puisque c’était moi qui avait eu la brillante idée de porte un kimono, mais avant que j’ai pu esquisser le moindre mot, il m’attrapa par la taille et me hissa sur son épaule. Un hoquet de surprise franchit mes lèvres.

Heisuke se remit à courir et je ne pus m’empêcher de cacher mon visage dans mes mains.
Je devais être plus rouge que les cols que je fabriquais pour les jeunes Maikos de Gion...

Il s’arrêta enfin, et regarda en direction opposé pour être certain qu’on n’avait pas été suivit. Pour ma part, je faisais face à la rue, là où je pouvais voir les passants qui nous observaient les yeux ronds, se demandant probablement pourquoi un homme tenait une femme de cette façon. Allez Katsu, dit quelque chose, sinon les badauds allaient finir par alerter les patrouilles...

-Hem… Tout va bien, c’est… c’est ma femme ! Tout va bien…

J’écarquillai les yeux de surprise. Il venait vraiment de... de... Je jetais un rapide coup d’œil à la rue. Heureusement, il ne semblait pas y avoir de tête que je reconnaissais. Je soupirai en voyant que les passants se désintéressaient de nous. Au moins, ça avait marché...

Heisuke me reposa par terre. Je remarquai qu’il fuyait mon regard, tout en se grattant la tête. Il était donc nerveux.  Je me mordillai la lèvre, tout en détournant mon regard. J’avais littéralement les joues en feu...

-Désolé pour tout ça ! C’est de ma faute si on a dû s’enfuir, et en plus tu devais être mal à l’aise ! Mais je ne voulais pas que tu sois impliquée et que le Shinsengumi te reproche quoi que ce soit. Pour moi, c’est différent, j’ai l’habitude d’être sermonné par Hijikata-san...Et… désolé pour ce que j’ai dit, qui a dû t’embarrasser. Je n'ai pas vraiment réfléchi...

Je remarquai le visage de certains passants qui semblaient se demander pourquoi on restait planté là comme deux adolescents en faute. Avant qu’ils ne se remettent à se poser des questions,  j’enroulai mon bras autour du coude d’Heisuke et je mis un peu de force pour qu’il suive mon mouvement.

Pendant qu’on marchait, je marmonnai plus que je dis :

-Ne... ne t’en fais pas, je... comprends pourquoi tu as dis ça... Sinon, les passants auraient fini par ameuter le Shinsengumi  et on aurait eu encore plus... plus d’ennuis.

Je ne lui dis pas qu’effectivement je m’étais sentie quelque peu mal-à-l’aise dans cette posture, mais je savais que je n’aurais pas pu tenir la cadence dans mon kimono. Je relevai mon regard vers son visage et je plaçai ma main libre devant ma bouche pour camoufler quelque peu le léger rire qui venait de me prendre. Je souris et continuai :

-Et puis... Tu n’es pas le seul qu’Hijikata-san sermonne, Heisuke-kun... Même si c’est un peu de sa faute si j’arrive en retard...

Je marmonnai la dernière phrase pour moi-même.

Je me pressai un peu plus contre lui lorsqu’un marchand passa trop près de moi avec sa lourde caisse. Je regardais autour de moi et je ne reconnu pas le quartier. Fallait dire que j’empruntais toujours le même chemin pour aller voir le Shinsengumi et que je ne connaissais réellement que Gion-Kobu, Shimabara et mon propre quartier...

-Hum... Heisuke-kun... Je ne connais pas réellement ce quartier donc... Si tu as encore faim... Je ne sais pas où aller.

Je rougis légèrement en repensant à l'excuse qu'il avait sortie. Dire qu'il avait sortit ça presque spontanément...  

Heureusement, il devait probablement mieux connaitre la ville que moi, à force de la patrouiller.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tsuki2608.skyrock.com
Todo Heisuke
Todo Heisuke


avatar
Messages : 23
Localisation : officiellement au QG du Shinsengumi...

MessageSujet: Re: De fil en aiguille [Pv Katsu]   Mer 20 Nov - 18:29

Elle enroula son bras autour de mon coude et je tentais –j’insiste sur ce mot- de prendre un air parfaitement naturel… ce qui devait faire très peur. Ma démarche était trop raide pour donner le change, on aurait dit que je m’étais pris une cuite devant Hijikata et que je commençais seulement à dessaouler. Quoique le regard d’Hijikata avait un pouvoir dessaoulant en lui-même.

 -Ne... ne t’en fais pas, je... comprends pourquoi tu as dis ça... Sinon, les passants auraient fini par ameuter le Shinsengumi  et on aurait eu encore plus... plus d’ennuis.

Katsu-chan eut un léger rire, tout à fait charmant, qui fit naître un sourire idiot sur mes lèvres. Je remarquais sa gêne à la façon dont elle s’exprimait. Zut ! Quel imbécile ! Je l’avais mise dans l’embarras ! Il fallait que je rattrape cette erreur.

-Ouais…

Je me mis à rire aussi.

… C’était l’intervention la plus stupide que je pouvais faire. Et je l’avais faite.

-Et puis... Tu n’es pas le seul qu’Hijikata-san sermonne, Heisuke-kun...

Je l’entendis marmonner quelque chose, mais je ne saisis pas le sens entier de la phrase. Juste « sa faute » et « retard ». Je cherchais à recoller les morceaux pour donner une phrase compréhensible, seulement mon cerveau tournait au ralenti.

-Tu sais, Hijikata-san sermonne même Kondo-san, alors… Il n’y a qu’Hajime-kun qui échappe aux réprimandes, vu qu’il joue toujours les premiers de la classe !

Je me mis à rire. Je raillais, mais j’appréciais beaucoup Saito. C’était le genre de personnes sur qui on pouvait compter dans un champ de bataille. Par contre, il restait toujours trop sérieux. Et ce n’était pas faute d’avoir cherché à le décoincer avec mes deux acolytes vieillissants !

Un mouvement de Katsu me tira de ces réflexions, et je remarquais qu’un marchand encombré –et encombrant- passait juste à côté d’elle.

-Hum... Heisuke-kun... Je ne connais pas réellement ce quartier donc... Si tu as encore faim... Je ne sais pas où aller.

Ah… Je fixais les lieux du regard. On s’était vraiment éloignés de la rue principale. Mon ventre gargouilla et je posais une main dessus, faisant la moue.

Je reconnus néanmoins les lieux, accrochant du regard un stand d’où s’échappait une odeur alléchante. A chaque patrouille, je passais devant et cela me mettait l’eau à la bouche. J’espérais que le commerçant avait du yakisoba.

Je me tournais vers Katsu avec un air enthousiaste, comme à mon habitude.

-Je suis passé ici de nombreuses fois, mais je n’ai jamais eu le loisir de goûter quoi que ce soit à ce stand. C’est l’occasion idéale, non ?

Une fois devant le stand, il n’y eut plus qu’à passer commande, et en quelques instants, nous étions servis. En fait, la notion du temps était très différente lorsque je me trouvais avec Katsu. Tout passait très vite. Même mes instants de « solitude » dirons-nous, comme avec notre fuite et mon argument pour expliquer ma conduite…

Troublé par cet épisode, je décidais de revenir dessus, afin de dissiper toute gêne, et encore une fois m’excuser. 

-Tu sais, Katsu-chan, je ne veux pas que tu te sentes mal à l’aise avec moi, même après ce que j’ai dit. Encore une fois, je suis désolé de t’avoir embarrassé, mais cela ne change rien, hein ? Nous sommes toujours amis.

Mais c’était nul ça ! Le début partait plutôt bien, sauf que la fin est une véritable catastrophe ! Même Shinpat’ aurait trouvé quelque chose de plus logique ! Quoique… Relativisons, quand même.

Je passais un doigt nerveux sur ma tempe, essayant d’expliquer mieux le fond de ma pensée. Manque de bol, tout ça n’étant déjà pas très clair dans ma tête, je voyais mal comment le rendre plus explicite verbalement.

-Enfin, ce n’est pas comme si je pensais que ce n’est pas bien… Mais je ne dis pas que c’est bien, hein ! Ce que je veux dire c’est que ça n’a rien de dérangeant… Enfin ne crois pas que je pense que c’est normal… C’est pas anormal, c’est pas ce que je veux dire, hein !  Non en fait, ce que je veux dire c’est que… les yakisoba sont bons ?

Bon, si nous faisions un bilan, là maintenant, je crois que l’on pourrait facilement dire que j’avais touché le fond du bac à légumes. Non mais franchement ! Même moi je ne comprenais pas ce que je disais ! On ne savait absolument pas de quoi je parlais ! J'étais certain que je parlais plus clairement, même après avoir vidé une bouteille de saké, c’est pour dire !

Même le marchand du stand, qui s’était éloigné, mais gardait visiblement un œil sur nous, semblait complètement dépité !

Je soufflais un coup, fixant le vide, prêt à faire le vide dans ma tête. Il fallait que je livre à Katsu, ce que j’avais au fond de moi. Je devais lui parler vraiment, quitte à essuyer un échec. Et aussi, il était temps que j’arrête de laisser cette question de côté, en pensant que c’était mieux ainsi, en feignant de ne pas ressentir autre chose. Je croyais être quelqu’un d’honnête, et pourtant, je n’agissais pas honnêtement.

Je pris un air nettement plus sérieux, croisant mes mains sur mes genoux. Du coin de l’œil, j’aperçus le marchand qui avait cessé de respirer, et devenait presque bleu. Il va me mettre la pression en plus ; si je ne me dépêche pas, je vais avoir sa mort sur la conscience.

Je soupirais, avant de prendre la parole, me tournant vers Katsu.

-Cette fois-ci, je veux agir en homme. Katsu-chan, je…

-Todo-san ?!

Je sursautais légèrement, avant de pivoter lentement mais sûrement vers celui qui j’avais fui, quelques minutes plus tôt. Sérieusement, combien de chances j’avais de le retrouver là, celui-ci ?!

Je me forçais à prendre un air naturel, souriant jovialement comme si de rien n’était, et surtout comme si je n’étais pas en faute. J’avais également fortement envie de lui casser  les dents pour avoir interrompu mon élan épique.

-San… Sanjui…Sanjy… Euh, toi ! Comment se passe la patrouille ?

-J’ai entendu dire que c’était un peu agité, par ici, alors je viens surveiller. Mais… que fais-tu là, Todo-san ?

Je trouvais qu’il surveillait un peu trop bien, pour le coup…

Me penchant vers Katsu-chan, je lui soufflais à voix basse :

-Si tu as une idée, je suis preneur…   

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsu
Katsu


avatar
Messages : 143
Age : 170
Localisation : à quelques rues du QG du Shinsengumi
Commentaires : Tu es le seul à avoir compris ma douleur et à m'en avoir sorti. Tu n'es ni le plus grand des Samouraïs, ni le plus fort. Mais, Heisuke, c'est toi qui s'est emparé de mon coeur, et ce, sans même combattre pour l'avoir.

MessageSujet: Re: De fil en aiguille [Pv Katsu]   Mar 24 Déc - 6:03

Je cachais mon rire dans ma manche lorsque j’entendis le ventre d’Heisuke émettre quelques plaintes quant à notre incapacité à trouver un marchand de yakisoba. Il se tourna vers moi avec son air enthousiaste, semblant avoir enfin dénicher un endroit :

-Je suis passé ici de nombreuses fois, mais je n’ai jamais eu le loisir de goûter quoi que ce soit à ce stand. C’est l’occasion idéale, non ?


J’acquiesçai, me laissant entrainer jusqu’au stand, heureusement désert, ce qui nous permis d’être rapidement servit. J’eu à peine le temps de souhaiter un bon appétit à mon compagnon et de plonger mes baguettes dans le mets fumant que celui-ci repris la parole :

-Tu sais, Katsu-chan, je ne veux pas que tu te sentes mal à l’aise avec moi, même après ce que j’ai dit. Encore une fois, je suis désolé de t’avoir embarrassé, mais cela ne change rien, hein ? Nous sommes toujours amis.

Je sentis mes joues chauffées et ce n’était pas à cause de la température de la nourriture. J’étais certes embarrassée quelques instants plus tôt, mais c’était passé. Je n’allais pas le détester pour si peu, tout de même.  

J’avalais ma bouchée, parce que sérieusement, parler la bouche pleine n’était pas très féminin et élégant, mais il reprit aussitôt la parole :

-Enfin, ce n’est pas comme si je pensais que ce n’est pas bien… Mais je ne dis pas que c’est bien, hein ! Ce que je veux dire c’est que ça n’a rien de dérangeant… Enfin ne crois pas que je pense que c’est normal… C’est pas anormal, c’est pas ce que je veux dire, hein !  Non en fait, ce que je veux dire c’est que… les yakisoba sont bons ?

Je tentais de me répéter ce qu’il venait de dire, tentant d’y trouver un certain sens, mais je n’y arrivai pas... Je crois bien que le marchand était du même avis que moi. Je fis donc la chose qui me semblait la plus logique : je ris.

Je continuai de rire, tout en fixant le capitaine, un large sourire aux lèvres. Je me calmai quelque peu et répondis :

-Oui, ils sont délicieux.

Je remarquais du coin de l’œil que le commerçant opinait du chef, content lui aussi de ma réponse.

Je continuai de manger avec calme, remarquant qu’Heisuke semblait perdu dans ses pensés. Je le sentis devenir plus nerveux à mes côtés, me demandant bien pourquoi. Je remarquais son air un peu plus sérieux, alors que le marchand était en train de passé du blanc livide au bleu, par manque d’air. Voyons, il ne faisait pas une tête aussi effrayante tout de même...

Il soupira et se tourna vers moi. Je posai mes baguettes, le fixant à mon tour. Pourquoi cet air aussi... étrange...

-Cette fois-ci, je veux agir en homme. Katsu-chan, je…

-Todo-san ?!

Mes poings se serrèrent automatiquement sur mon kimono. Non mais c’est qu’il avait du culôt, celui qui osait interrompre Heisuke, alors qu’il était si bien lancé, piquant ma curiosité.

Reconnaissant la voix, je pivotais pour faire dos à la patrouille, les joues rosies de gène, n’ayant pas l’habitude d’être vue dans ce genre d’habit. Mais d’après leurs têtes, ils n’en avaient pas un qui m’avait reconnu. Je laissais échapper un faible soupir de soulagement.

«Sanjyuro, tu vas me le payer...»

-San… Sanjui…Sanjy… Euh, toi ! Comment se passe la patrouille ?

-J’ai entendu dire que c’était un peu agité, par ici, alors je viens surveiller. Mais… que fais-tu là, Todo-san ?

Je me retins de rire. Toujours aussi incapable de retenir un nom... Mon pauvre comique...
Je sentis son souffle dans mon oreille lorsqu’il me murmura :

-Si tu as une idée, je suis preneur…  

Alors que j’allais lui répondre que je n’avais pas la moindre idée quoi faire, l’un des soldats en haori bleu, s’exclama :

-Vous avez vu, Sanjyuro-san! C’est qu’il est en bien jolie compagnie le Capitaine Todo!

Je devinais aisément qu’il venait de poser l’une de ses mains sur ses katanas, dans ce geste arrogant qui le rendait si énervant.

-Je me demande si le Vice-capitaine est au courant que tu sors en douce du quartier générale pour te trouver en compagnie de jeune fille...

Je vis rouge lorsque son bantai se mit à rire. Déjà que ce crétin gâchait le peu de temps que j’avais réussi à obtenir pour être seule avec celui qui faisait battre mon cœur, il fallait en plus qu’il insinue des choses...

Je me relevai de mon banc, me retournant vivement, tout en croisant mes bras sous ma poitrine et toisant le capitaine de la septième division avec un air de défi :

-Tu crois réellement qu’Hijikata-san n’est pas au courant des allés et venus de ses capitaines?

-C’est Nishimura-chan!

Je fus coupée par les murmures qui parcoururent le groupe, la plupart ne m’ayant reconnu que lorsque je m’étais mise à parler.

-C’est moi qui a invité Heisuke-kun, pour le remercier de m’avoir aidé. J’ai bien entendue demander à Hijikata-san avant...

Pieux mensonge, mais il allait s'en remettre...

-Mais...

-Mais, vous n’avez pas un travail à terminé avant la tombée de la nuit? Moi pour ma part, j’ai une assiette à finir qui doit être maintenant froide par ta faute... Mais, si tu acceptes de payer pour nous, je ne raconterais pas à Hijikata-san ce que tu as fais à Shimabara hier soir, Sanjyuro-san.

Je lui souris, du sourire le plus innocent que je pouvais faire. Faire du grabuge dans l’un des quartiers chauds n’était pas une très bonne idée, surtout lorsqu’on savait que j’avais quelques oreilles dans la plupart des restaurants et auberges. Il ne s’en était tout simplement pas pris aux bonnes courtisanes qui avaient portés de magnifiques kimonos, tout fraichement sortit de ma boutique la nuit dernière, d'ailleurs...

Devant l’air livide du capitaine, mon sourire s’élargit encore plus. Il sortit mécaniquement sa bourse de son haori, avant de jeter quelques pièces sur le comptoir. Il repartit dans la direction opposé, pour continuer sa patrouille, sous les quelques rires de sa division. Leur capitaine venait littéralement de se faire plumer par une demoiselle.  

Lorsqu’ils furent assez loin, je me retournais en direction d’Heisuke et je rigolais.

-Voilà comment on fait pour ne pas payer une addition...

Je me rassis et continuai en souriant :

-Je crois bien que je vais terminer cette assiette, puisqu’elle est au frais de Sanjyuro-san! Tu veux aller marcher près du canal, par la suite, Heisuke-kun?

Je tus ma curiosité, attendant qu'il retrouve de lui-même le courage pour reprendre sur sa lancée de tout à l'heure.

J’avalais une bouchée tiède. On disait que la vengeance était un plat qui se mangeait froid. Je semblais avoir la chance de mon côté...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tsuki2608.skyrock.com
Todo Heisuke
Todo Heisuke


avatar
Messages : 23
Localisation : officiellement au QG du Shinsengumi...

MessageSujet: Re: De fil en aiguille [Pv Katsu]   Jeu 20 Mar - 13:39

« Vous avez vu, Sanjyuro-san! C’est qu’il est en bien jolie compagnie le Capitaine Todo! »

Aussitôt, ma main glissa jusqu’à mon arme, que j’étais prête à dégainer à tout moment pour lui passer l’envie de ramener sa gueule qu’il avait un peu trop grande à mon goût.

« Je me demande si le Vice-capitaine est au courant que tu sors en douce du quartier général pour te trouver en compagnie de jeune fille... »

Je commençai à tirer mon sabre, me redressant de toute ma hauteur, certes relative, mais non moins impressionnante tant mes yeux flamboyaient de rage. Hijikata-san me reprochait souvent de céder trop facilement aux provocations, mais c’était plus fort que moi. De plus, ces gars menaçaient Katsu indirectement, car si toute cette histoire arrivait aux oreilles d’Hijikata-san, le vice-capitaine lui adresserait également des réprimandes. Il était même possible qu’il m’interdise de la voir en me collant à des corvées à longueur de temps.
Comme je ne souhaitais pas que cela arrive, je décidais de faire passer l’envie à ces imbéciles de me chercher. Seulement Katsu ne m’en laissa pas le temps. Elle s’était levée pour leur faire face avec détermination et je me demandais ce qu’elle avait en tête.

«  Tu crois réellement qu’Hijikata-san n’est pas au courant des allés et venus de ses capitaines?

Oh c’était culoté de sa part, ce mensonge !

« C’est Nishimura-chan! »

Chan ?! Je fusillais du regard celui qui avait parlé, le forçant à baisser les yeux devant moi, malgré mon jeune âge.

« Baka ! Tu te crois perspicace ? »

Katsu avait l’air confiance, aussi adoptais-je la même attitude, espérant que l’on s’en sortirait sans histoires.

«  C’est moi qui aie invité Heisuke-kun, pour le remercier de m’avoir aidé. J’ai bien entendu demandé à Hijikata-san avant... »

Euh… Je n’étais pas certain que ce mensonge passe, mais devant l’air résolu de Katsu, aucune protestation ne se risqua à sortir des lèvres de nos gêneurs. Si, il y en eut une de la part de San-machin, mais elle fut aussitôt étouffée par la couturière :

« Mais, vous n’avez pas un travail à terminer avant la tombée de la nuit? Moi pour ma part, j’ai une assiette à finir qui doit être maintenant froide par ta faute... Mais, si tu acceptes de payer pour nous, je ne raconterais pas à Hijikata-san ce que tu as fais à Shimabara hier soir, Sanjyuro-san. »

Je me tournais vers le capitaine, un sourire difficilement contenu déformant mon visage. Sano m’avait déjà raconté que San-machin était du genre belliqueux dans les endroits qu’il fréquentait, mais je ne pensais pas qu’il causait du grabuge à Shimabara… Il pouvait venir avec ses beaux discours après, tiens !

Des rires ne tardèrent pas à discréditer davantage le capitaine et j’aurais eu presque pitié s’il n’avait pas brisé mon élan. Finalement, ce petit cortège s’en alla, ne laissant que l’argent qui nous permettrait de payer notre repas. Comme je n’étais pas vraiment riche, loin de là, ce fut une source de satisfaction pour moi de voir que je n’aurais pas à compter mon argent.

« Voilà comment on fait pour ne pas payer une addition... »

Je souris, m’asseyant en même temps que Katsu.

« Je crois bien que je vais terminer cette assiette, puisqu’elle est aux frais de Sanjyuro-san! Tu veux aller marcher près du canal, par la suite, Heisuke-kun? »

J’hochais la tête avant de rire, me tournant pour m’assurer qu’aucun gêneur n’allait apparaître.

« Tu es incroyable, Katsu-chan ! San-machin va se souvenir de cette histoire pendant longtemps ! Quand je raconterai ça à Sano-san et Shinpat-san, ils… »


Je m’arrêtais, car je venais de prendre conscience que dans ce cas, Sano et Shinpat se moqueraient surtout de moi et m’embêteraient avec le fait que j’ai invité Katsu à sortir. Je rougis légèrement à cette pensée.

« Mouais, non c’est moins drôle quand on n’y a pas assisté… »

Mon regard se perdit alors dans la contemplation de mon repas que je n’avais pas pu finir grâce à nous-savons-qui et je lançais avec entrain :

« Itadakimasu ! Aah ! C’est encore meilleur qu’avant ! »

Nous mangeâmes un instant en silence, appréciant le repas, surtout en sachant qu’il était payé par le capitaine. Je n’éprouvais aucun remord à ce sujet, d’ailleurs. En fait, je n’éprouvais jamais aucun remord à « emprunter » de l’argent aux autres membres du Shinsengumi. Ne devait-on pas être solidaires entre soldats ?

Je n’ajoutai rien à propos de mes paroles interrompues, ne sachant pas comment aborder de nouveau le sujet. C’était assez délicat, en fait, et ce pour diverses raisons que je ressassai dans ma tête.
Une fois que nous eûmes payé, je commençai à marcher en direction du canal, l’esprit toujours accaparé par les mêmes réflexions. Je jetais un œil en biais à Katsu, subitement envahi par le doute. J’aurais souhaité avouer à Katsu ce que je ressentais pour elle, lui dire que lorsqu’elle venait au quartier général ou que je la croisais lors de mes patrouilles, je me trouvais extrêmement chanceux. Sauf qu’en y regardant bien, je n’étais qu’un soldat. Je combattais pour une cause pour laquelle je me posais parfois des questions, plein d’incertitudes que j’étais. Je n’avais aucune fortune, un maigre salaire. Je ne connaissais pas grand-chose en dehors des combats. Quel avenir pourrais-je offrir à une jeune fille comme Katsu ? Je ne pouvais pas lui demander de partager une vie incertaine comme la mienne, car il m’était impossible de lui promettre mon retour lorsque je partais au combat. Katsu méritait une autre vie que celle là, après tout.

Je m’arrêtais soudainement, me tournant vers la jeune fille avec mon sourire habituel, quoique j’aie certainement l’air assez gêné à cet instant. Je la regardais néanmoins sérieusement, avant de me gratter la tête et de me lancer :

« Katsu-chan, la vérité c’est que je ne peux pas vraiment te dire tout ce que je voudrais parce que je suis un guerrier et que je ne peux pas parler de lendemain comme le font les autres personnes, mais euh... je veux que tu saches que, même si ce n’est que brièvement ou de loin, te voir suffit à me rendre heureux. »

Oui, c’était certainement mieux comme ça. J’étais déjà chanceux de croiser la route de Katsu. C’est tout ce à quoi je pouvais aspirer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: De fil en aiguille [Pv Katsu]   

Revenir en haut Aller en bas
 

De fil en aiguille [Pv Katsu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» B - Un endroit bien dangereux [Katsu]
» Recontre ... [Reflet]
» Sirion, l'ombre du coeur [ Lhurgoyf, cavalier de Sharna]
» La Reine du Rock se présente !
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les portes d'Edo :: Royaume de l'Ouest :: Qg du Shisengumi-